DIRECT. Attaque chimique en Syrie : le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit mercredi

Plusieurs dizaines de morts et des centaines de blessés ont été dénombrés. Les victimes ont souffert d'intoxication ou d'évanouissement, soit des symptômes correspondant à une attaque à l'aide d'agents chimiques. 

Un homme est soigné dans un hôpital syrien après une attaque au gaz toxique, mardi 4 avril 2017, près d\'Idleb. 
Un homme est soigné dans un hôpital syrien après une attaque au gaz toxique, mardi 4 avril 2017, près d'Idleb.  (MOHAMED AL-BAKOUR / AFP)
avatar
Vincent DanielPierre GodonFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Le bilan demeure incertain. Une attaque chimique a eu lieu dans la matinée, mardi 4 avril, dans le village de Khan Cheikhoun au sud de la région d'Idleb, en SyrieSelon l'Union des organisations de secours et soins médicaux (UOSSM), au moins 100 personnes ont été tuées, tandis que l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), fait état d'un bilan de 58 morts, dont 11 enfants de moins de huit ans. Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunira en séance extraordinaire mercredi.

Une attaque chimique. Selon l'OSDH, les victimes ont souffert d'intoxication ou d'évanouissement et avaient de l'écume dans la bouche. D'après des sources médicales, ces symptômes correspondent à une attaque à l'aide d'agents chimiques. 

Bachar Al-Assad pointé du doigt. L'opposition a accusé le régime syrien d'avoir mené cette attaque. L'armée syrienne a "démenti catégoriquement" être responsable. L'armée russe, principal soutien du régime, a quant à elle affirmé n'avoir mené aucun raid aérien dans la zone touchée.

François Hollande dénonce un "massacre". Le président de la République a pointé la responsabilité de Bachar Al-Assad dans ce "massacre". Il a également dénoncé la "responsabilité morale" des "alliés" du président syrien.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #SYRIE

20h30 : @bau25 Moscou a réagi, mais surtout pour se défendre d'avoir perpétré cette attaque aérienne : "Aucune frappe aérienne n'a été menée par l'aviation russe dans les environs de Khan Cheikhoun."

20h15 : Quelle est la réaction de Moscou à ce bombardemement au gaz sur les populations civiles. Y a t il condamnation de Moscou ? Merci

19h24 : Ce médecin britannique qui se trouve en Syrie est catégorique : il s'agit d'une attaque chimique, au gaz sarin selon lui, et non au chlore.





(EVN / FRANCEINFO)

19h08 : Le correspondant de France 2 au Proche-Orient, Franck Genauzeau, donne des précisions sur l'attaque chimique sur Khan Cheikhoun après avoir interrogé un spécialiste des armes chimiques.

18h16 : Une réunion du conseil de sécurité de l'ONU aura lieu demain après cette attaque. Le Royaume-Uni et la France avaient demandé cette réunion après l'annonce des bombardements aériens sur Khan Cheikhoun.

18h12 : L'armée syrienne "dément catégoriquement" avoir fait usage d'armes chimiques sur Khan Cheikhoun.

18h06 : Voici l'essentiel de l'actualité à 18 heures :

• Au moins une cinquantaine de personnes ont été tuées, dans l'attaque de Khan Cheikhoun, en Syrie, provoquant l'indignation de nombreux pays qui mettent en cause le régime de Bachar Al-Assad. La Commission d'enquête de l'ONU sur les droits de l'Homme en Syrie a annoncé qu'elle "enquête actuellement" sur l'attaque.

Des milliers de Guyanais se dirigent à Kourou vers le centre spatial guyanais, d'où décollent les fusées Ariane, clamant "on en a marre" et affirmant leur "détermination", après deux semaines de mouvement social.


• Ce soir, les onze candidats à la présidentielle vont débattre à la télévision, dans un exercice inédit. Ils devront éviter la cacophonie. Voici le mode d'emploi de cette soirée, et la façon dont se préparent les candidats avant le grand oral.

• L'attentat qui a fait 14 morts lundi dans le métro à Saint-Pétersbourg a été perpétré par Akbarjon Djalilov, né au Kirghizstan en 1995, annonce le Comité d'enquête russe. Voici ce que l'on sait de ce kamikaze.

17h56 : La Maison Blanche condamne l'attaque chimique "intolérable" du régime de Bachar Al-Assad contre Khan Cheikhoun au sud de la région d'Idleb.

17h38 : Le bilan de l'attaque chimique à Khan Cheikhoun au sud de la région d'Idleb varie selon les sources :

• L'Union des organisations de secours et soins médicaux évoque 100 morts et 400 blessés, victimes d'asphyxie.

• Au moins 58 civils ont été tués, dont 11 enfants, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

17h03 : Franceinfo revient sur ce que l'on sait de la situation à Khan Cheikhoun, dans la province d'Idleb, où une attaque, probablement d'origine chimique, a tué au moins 58 personnes.

16h52 : Une commission de l'ONU "enquête" sur l'attaque "chimique" de Khan Cheikhoun.

16h52 : L'ONU veut "clairement identifier" les responsables de l'attaque "chimique", annonce l'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura.

16h32 : "Une fois encore le régime syrien va nier l'évidence de sa responsabilité dans ce massacre. Comme en 2013, Bachar Al-Assad compte sur la complicité de ses alliés pour bénéficier d'une impunité intolérable. Ceux qui soutiennent ce régime peuvent une nouvelle fois mesurer l'ampleur de leur responsabilité politique, stratégique et morale."


16h26 : François Hollande évoque la "responsabilité" de Bachar Al-Assad dans ce "massacre", après l'attaque à Khan Cheikhoun.

15h38 : Retour en images sur ce que nous savons de l'attaque qui a fait au moins 58 morts et 170 blessés. De nombreuses personnalités et institutions s'inquiètent du caractère chimique de cette attaque.


(EVN / FRANCEINFO)

15h32 : "Horribles rapports d'une attaque aux armes chimiques à Idleb en Syrie. Une enquête doit avoir lieu sur l'incident et les auteurs doivent rendre des comptes", écrit le ministre des Affaires étrangères britannique, Boris Johnson, sur son compte Twitter.

15h38 : L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques se dit "gravement préoccupée" après l'attaque à Khan Cheikhoun.

14h28 : L'armée russe affirme n'avoir pas mené de raids aériens dans la province d'Idleb, alors que l'hôpital où étaient soignées les victimes de l'"attaque toxique" à Khan Cheikhoun a été bombardé.

13h54 : "L'utilisation d'armes chimiques constitue une violation inacceptable de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques et un nouveau témoignage de la barbarie dont le peuple syrien est victime depuis tant d'années."

Dans un communiqué, le ministre condamne un "acte ignoble" après l'attaque chimique à Khan Cheikhoun. "Les premières informations font état d'un grand nombre de morts, y compris des enfants" dans la province d'Idleb, précise-t-il.

14h12 : Le régime syrien est responsable de "l'horrible" attaque chimique à Khan Cheikhoun, accuse la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.

13h29 : Après l'"attaque toxique" à Khan Cheikhoun, la France demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU.

12h10 : L'hôpital où sont soignées les victimes de l'"attaque toxique" à Khan Cheikhoun a été bombardé, affirme l'AFP.

09h59 : Au moins 35 personnes, dont neuf enfants, ont été tuées dans une frappe aérienne qui a émis du "gaz toxique", selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'homme. Les faits se sont produits à Khan Cheikhoun, tenue par les rebelles.

09h48 : Au moins 18 civils, dont deux enfants, ont été tués ce matin dans une frappe aérienne qui a émis du "gaz toxique" à Khan Cheikhoun, dans le nord-ouest de la Syrie, indique l'Observatoire syrien des droits de l'homme.