Cet article date de plus de trois ans.

Syrie: au moins 100 civils tués dans les bombardements sur un fief rebelle

Quelque 300 personnes ont également été blessées dans les bombardements du régime syrien. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des blessés pris en charge après des bombardements du régime syrien dans l'enclave rebelle de la Ghouta orientale près de Damas, en Syrie, le 19 février 2018. (AMMAR AL BUSHY / ANADOLU AGENCY / AFP)

Le bilan s'alourdit. Au moins 100 civils, dont 20 enfants, ont été tués lundi 19 février dans des bombardements intensifs du régime syrien sur l'enclave rebelle de la Ghouta orientale, près de Damas en Syrie, selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH)

Quelque 300 personnes ont également été blessées dans les bombardements de l'artillerie et de l'aviation. Il s'agit du plus lourd bilan des pertes civiles en 24 heures, dans les combats dans cette région depuis début 2015, a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Ce regain de violence intervient alors que les forces progouvernementales syriennes se préparent à entrer dans une région du nord-ouest de la Syrie, Afrine, pour soutenir une milice kurde face à une offensive de la Turquie.

Des hôpitaux débordés

Dans les hôpitaux de fortune des localités de la Ghouta, des parents cherchent désespérément leurs enfants, morts ou vivants, tandis que le personnel médical, qui manque de tout tente de soigner les blessés qui affluent, sauvés des décombres par les secouristes.

Le 5 février, l'armée syrienne avait mené des bombardements aériens d'une intensité inédite sur la Ghouta, faisant environ 250 morts parmi les civils et des centaines de blessés, en cinq jours. 



Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.