Cet article date de plus de six ans.

Syrie : près d'un million de personnes assiégées

Le nombre de personnes assiégées est passé de 393 700 il y a un an à 974 080 aujourd'hui, a annoncé le patron des opération humanitaires de l'ONU, lundi. La ville d'Alep est notamment concernée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des habitants passent devant l'hôpital bombardé Al-Hakeem, dans la ville assiégée d'Alep, en Syrie, le 19 novembre 2016. (ABDALRHMAN ISMAIL / REUTERS)

"Près d'un million de Syriens sont aujourd'hui assiégés" par les belligérants en Syrie, a indiqué, lundi 21 novembre, le patron des opérations humanitaires de l'ONU, Stephen O'Brien.

S'adressant au Conseil de sécurité de l'ONU, il a constaté une "augmentation massive" depuis un an de l'utilisation de cette "tactique cruelle", "en particulier par le gouvernement syrien". Le nombre de personnes assiégées est passé de 393 700 il y a un an à 486 700 il y a six mois. Il atteint désormais le chiffre de 974 080 personnes.

Des habitants "isolés, affamés, bombardés"

De nouvelles localités se sont ajoutées à la liste des zones qui ne sont plus ravitaillées ou secourues par les humanitaires, dont un quartier de Damas et "de nombreuses zones" dans la Ghouta orientale, qui entoure la capitale.

Dans ces zones, les habitants "sont isolés, affamés, bombardés et privés d'aide médicale et d'assistance humanitaire afin de les forcer à se soumettre ou à fuir". "C'est une tactique délibérée (...) une forme cruelle de punition collective"", a-t-il souligné.

Cette tactique est appliquée "de manière monstrueuse par la partie au conflit qui, en premier lieu, devrait défendre et protéger ses propres citoyens, même ceux qui ne sont pas d'accord avec leurs dirigeants", a-t-il affirmé, en référence au gouvernement syrien. Stephen O'Brien a appelé une nouvelle fois à lever tous ces sièges, mais a déploré que, pour l'instant, le Conseil de sécurité soit "apparemment incapable ou réticent" à y mettre fin.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.