La Syrie privée d'internet, l'armée lance une offensive près de l'aéroport de Damas

Selon des sociétés informatiques américaines, tout le pays est désormais privé d'internet.

Une mère et sa fille dans les rues d\'Alep (Syrie), le 13 septembre 2012.
Une mère et sa fille dans les rues d'Alep (Syrie), le 13 septembre 2012. (SAM TARLING / AFP)

SYRIE –  Les réseaux de communication ont été coupés, jeudi 29 novembre, dans plusieurs régions de Syrie, notamment à Damas, ont rapporté des militants. Dans le même temps, l'armée régulière a mené une offensive sur la route qui sépare Damas, la capitale, de son aéroport international. 

Des coupures dans tous le pays inquiètent les syriens

Les Comités locaux de coordination (LCC), un important réseau de militants qui animent la contestation de manière pacifique à travers la Syrie, ont fait état d'une "coupure des communications et d'internet dans la plupart des régions de Damas et de sa banlieue, faisant craindre que le régime criminel syrien ne prépare quelque chose". Citant d'autres zones dans la même situation, les LCC on indiqué qu'ils tiendraient pour "le régime pour responsable de tout massacre qui sera commis en Syrie après [cette coupure]", a proursuivi le réseau. L'agence officielle Sana a quant à elle interrompu ses transmissions à la mi-journée. 

Selon la société informatique américaine Renesys (lien en anglais), qui dit enquêter sur cette coupure, tout le pays est désormais privée d'internet. Selon la société Akamai, quelque 77 réseaux en Syrie ne fonctionnent plus depuis 11h26 (heure française), rapporte le site spécialisé 01.net. 

Dans la soirée, le ministre des Communications a affirmé que des "travaux de maintenance sur le réseau principal des télécommunications et de l'Internet ont entraîné la suspension du service dans certaines provinces".

 

Une offensive lancée sur la route de l'aéroport  

Cette coupure intervient alors que les autorités ont lancé, jeudi soir, une offensive majeure au sud-est de la capitale, notamment le long de l'autoroute menant à l'aéroport international de Damas fermée depuis le matin, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Des combats, les plus violents dans la région, ont opposé rebelles et soldats dans les localités de Haran al-Aouamid, al-Houjeira et Babbila, a précisé l'ONG. Dans le même temps, l'offensive a visé des localités dans toute la région située à l'est de la capitale, notamment Harasta et Douma dans la Ghouta orientale. Cette zone de vergers, au sud-est de Damas, est régulièrement bombardée par l'armée de l'air, qui tente d'en déloger les rebelles qui y ont établi leur base arrière.

Ces opérations interviennent au moment où l'émissaire international pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, présente au Conseil de sécurité de l'ONU son rapport sur la guerre civile, qui fait rage dans le pays depuis vingt mois.