Cet article date de plus de cinq ans.

Syrie : "Le conflit n'est pas terminé avec la bataille d'Alep"

Alep-Est est sur le point d'être totalement sous le contrôle des forces pro-gouvernementales syriennes et des Russes. Frédéric Pichon, géopolitologue spécialiste de la Syrie, fait le point sur la bataille dans la deuxième ville du pays.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les forces pro-gouvernementales à Alep-Est, le 11 décembre 2016. (GEORGE OURFALIAN / AFP)

En Syrie, alors que Palmyre est à nouveau aux mains de Daech, à Alep, l'exode des civils s'accélère dans les derniers quartiers rebelles, pilonnés par le régime syrien. L'armée est sur le point de reprendre la totalité de la deuxième ville de Syrie.

"Le conflit n'est pas terminé avec la bataille d'Alep," affirme dimanche 11 décembre sur franceinfo le géopolitologue Frédéric Pichon, spécialiste de la Syrie. "Au bout de cinq ans de guerre, l'armée syrienne est épuisée. Elle a besoin de renforts étrangers", affirme-t-il. "Elle a beaucoup de mal à tenir ses marges plus à l'Est, comme Palmyre."

Idleb, prochaine zone de conflits ?

Frédéric Pichon fait le constat que l'essentiel de la rébellion "est en train de quitter Alep-Est, et a déjà rejoint la province d'Idleb" où se trouve la plupart des factions rebelles. Selon lui, les prochains jours permettront de voir que "les terribles batailles qui vont avoir lieu à Alep-Est seront le fait d'accrochage entre l'armée, les milices supplétives et des éléments jihadistes."

Le géopolitologue estime que Damas fait le calcul qu'à Idleb "ces factions, qui sont souvent très divergentes et qui se combattent parfois même les unes les autres, finiront par disparaitre."

"Avoir regagner Alep rappelle la détermination du régime à rester en place", Frédéric Pichon, géopolitologue spécialiste de la Syrie.
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.