Cet article date de plus de huit ans.

Syrie. L'opposition ne veut pas de "Genève 2", tant que le Hezbollah est dans le pays

Washington et Moscou tentent de faire dialoguer le régime de Bachar Al-Assad et l'insurrection.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le chef de l'opposition syrienne, George Sabra, lors d'une conférence de presse le 25 mai 2013, à Istanbul. (OZAN KOSE / AFP)

C'est non. Jusque là divisée, l'opposition syrienne s'est entendue, à Istanbul, pour annoncer qu'elle ne participerait pas à la conférence de paix internationale "Genève 2" entre régime et rebelles, tant que les principaux soutiens du président Bachar Al-Assad "envahissent" la Syrie. Plus précisément, le chef de l'opposition syrienne George Sabra a déclaré aux journalistes que "la Coalition nationale ne prendra part à aucune conférence internationale où à aucun autre effort de ce genre tant que les militants de l'Iran et du Hezbollah envahissent la Syrie".

Cette déclaration intervient après huit jours d'âpres discussions à Istanbul des représentants d'une opposition qui peine à s'entendre. La Coalition de l'opposition syrienne s'était pourtant dite ouverte à tout effort en vue de la paix. Mais, sous l'effet de l'implication du Hezbollah, la situation s'est déteriorée à Qousseir, ville de l'ouest de la Syrie, en proie depuis une dizaine de jours à de violents combats. Et, peu avant de poser ses conditions, la Coalition a lancé un appel "urgent" pour que soient secourus un millier de civils blessés bloqués dans cette ville.

Au même moment, Etats-Unis, Russie et Nations unies ont annoncé qu'ils se réuniront le 5 juin, à Genève, pour discuter de la conférence internationale en préparation sur la Syrie. Washington et Moscou ont proposé le 7 mai dernier la tenue de cette conférence, en présence de délégations du régime de Bachar Al-Assad et de l'insurrection, mais elle semble mal engagée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.