Cet article date de plus de huit ans.

Syrie : Ayrault assure que la France n'agira pas "seule"

Après avoir rencontré les parlementaires, le Premier ministre a tenu une brève conférence de presse à Matignon. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault lors d'une conférence de presse à Matignon, à Paris, le 2 septembre 2013.  (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Jean-Marc Ayrault monte au front. Documents secrets déclassifiés à l'appui, le Premier a tenté de convaincre lundi 2 septembre le gotha des parlementaires du bien-fondé d'un recours à la force contre Damas. Mais il a confirmé que la France n'agirait "pas seule" en Syrie.

Après avoir reçu les parlementaires en fin d'après-midi, le chef du gouvernement a tenu une brève conférence de presse sur le perron de Matignon. Il a notamment indiqué que dans l'attente du vote du Congrès américain sur l'opportunité d'une intervention militaire, le président Hollande continuait son "travail de persuasion pour réunir dans les meilleurs délais une coalition". Jean-Marc Ayrault a utilisé les mêmes mots que le chef de l'Etat vendredi, promettant "une action ferme et proportionnée", et qu'il ne s'agirait "pas de renverser" le régime d'al-Assad.

FRANCE TELEVISIONS

Concernant le débat parlementaire qui doit avoir lieu mercredi, le Premier ministre a prévenu qu'il ne donnerait pas lieu à un vote. "C'est au président qu'il appartient de décider si un vote, que notre Constitution n'oblige pas, doit avoir lieu", a-t-il rappelé. Des voix se sont élevées, à droite surtout, mais aussi dans la majorité (EELV) pour  réclamer ce vote. Mais sur ce point, au sein même des formations politiques les positions sont diverses.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.