Syrie : au moins huit jihadistes français tués lors d'exécutions ciblées depuis 2014

Le site du "Monde" publie, mercredi, une liste de Français tués dans des frappes ciblées en Syrie, principalement menées par l'armée américaine.

Un drone américain US Air Force MQ-1B Predator photographié dans le Nevada, le 21 octobre 2015.
Un drone américain US Air Force MQ-1B Predator photographié dans le Nevada, le 21 octobre 2015. (US AIR FORCE / AFP)

Ils n'ont pas été tués par hasard. Au moins huit jihadistes français, presque tous suspectés d'être impliqués dans des opérations extérieures du groupe Etat islamique, ont été éliminés lors d'exécutions ciblées en Syrie, révèle, mercredi 4 janvier, le site du Monde. Sept de ces frappes, menées depuis le lancement de la coalition internationale en 2014, ont été réalisées par l'armée américaine.

Le premier Français à avoir été ciblé, le Breton David Drugeon, n'appartenait pas à l'EI, mais au Front Al-Nosra, affilié à Al-Qaïda. Il a été tué en juillet 2015. Eliminé en décembre 2015, dans la foulée des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), Charaffe El-Mouadan est, lui, présenté comme un proche d'Abdelhamid Abaaoud et un ami d'enfance de Samy Amimour.

En août 2016, deux autres Français ont été tués par un drone américain à Raqqa. Il s'agirait, selon Le Monde, de Rachid Marghich et de Wissem El Moktari, tous deux originaires de Trappes (Yvelines). En octobre, c'est une frappe de l'aviation française qui a tué Macreme Abrougui, près de Raqqa. Il était soupçonné d'avoir joué un rôle dans le projet d'attentat avorté contre une église de Villejuif (Val-de-Marne) en 2015.

La plupart des frappes menées près de Raqqa

A la fin novembre, le Franco-Tunisien Boubaker El-Hakim, l'un des Français les plus haut placés au sein de l’unité des opérations extérieures du groupe Etat islamique, a été ciblé à son tour par un drone américain. Dans la foulée, deux de ses proches, Salah Gourmat, impliqué dans les attentats du 13 novembre, et Walid Hamam, originaire de Trappes, ont été ciblés par une frappe.

Le quotidien note que la quasi-totalité des Français visés par l'US Air Force ont été tués alors qu'ils circulaient en voiture dans les environs de Raqqa, une ville du centre de la Syrie, connue pour être la base opérationnelle de l'EI. C'est de là qu'ont été planifiés la plupart des attentats en Europe. 

Au total, environ 230 combattants français du groupe Etat islamique sont morts en Irak et en Syrie.