Syrie : Obama en faveur d'une coalition internationale, mais sans Bachar Al-Assad

Barack Obama s'est dit prêt pour travailler avec la Russie pour lutter contre le groupe État islamique en Syrie, mais ne souhaite pas d'alliance avec le "tyran" Bachar Al-Assad. Retour sur les négociations.

France 3

Ce lundi 28 septembre, le siège des Nations unies à New York (Etats-Unis) est le théâtre d'intenses négociations pour le futur de la Syrie. Barack Obama, Vladimir Poutine, Hassan Rohani, le président iranien, sont rassemblés pour trouver un moyen de lutter efficacement contre le groupe Etat islamique. Les grands de ce monde savent qu'ils doivent trouver un accord ensemble.

Moscou défendra le régime de Damas jusqu'au bout

Barack Obama est le premier à tendre la main à ses ennemis d'hier. Le président américain se dit en faveur d'une coalition internationale, mais sans Bachar Al-Assad, le président syrien. Un tyran, dit-il, avec qui on ne peut s'allier. Vladimir Poutine, lui, continue pourtant de le soutenir. Depuis un mois, la Russie renforce ses positions en Syrie. Après Tartous, l'armée russe a déployé des avions de combat à Lattaquié, le fief de Bachar Al-Assad. Une façon de montrer à l'Occident que Moscou défendra le régime de Damas jusqu'au bout.

Le JT
Les autres sujets du JT
Barack Obama devant l\'Assemblée générale des Nations Unies le 28 Septembre 2015 à New York 
Barack Obama devant l'Assemblée générale des Nations Unies le 28 Septembre 2015 à New York  (JOHN MOORE / GETTY IMAGES / AFP)