Cet article date de plus de sept ans.

Les rebelles syriens ont exécuté 67 civils de la confession d'Al-Assad, selon HRW

Selon une ONG, au moins 190 civils ont été tués dans des villages alaouites, dont 67 exécutés, au mois d'août.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

Encore une fois, l'image des rebelles en Syrie est gravement ternie. Selon une enquête de Human rights watch (HRW) qui doit être publié vendredi 11 octobre, au moins 190 civils ont été tués, dont 67 exécutés, et 200 pris en otage dans des villages alaouites en Syrie par des groupes jihadistes et rebelles début août.

Une attaque survenue dans le fief d'Al-Assad

Dans son rapport de 105 pages, l'ONG dit avoir interrogé 35 personnes, y compris des survivants d'une attaque menée par des rebelles contre dix villages alaouites, la confession du chef de l'Etat syrien, le 4 août. Elle a eu lieu dans la province de Lattaquié, fief du président Bachar Al-Assad. Ce jour-là, au moins 190 civils ont été tués, dont 57 femmes et 18 enfants, selon l'ONG. Parmi eux, au moins 67 ont été exécutés alors qu'ils n'étaient pas armés ou tentaient de fuir, selon HRW. L'ONG a rassemblé des éléments montrant qu'il s'agissait de civils non-combattants, n'ayant rien fait qui puisse menacer, ou laisser croire qu'ils menaçaient les assaillants.

Au moins 20 groupes ont participé à l'opération au cours de laquelle ils ont conquis ces dix villages. Ils ont été ensuite repris le 18 août par les troupes du régime. Mais d'après l'ONG, les cinq principaux "organisateurs" et "exécuteurs" de l'attaque du 4 août étaient des groupes jihadistes affiliés à Al-Qaïda, mais aussi des groupes rebelles islamistes. Plus de 200 civils sont encore retenus comme otage, en majorité des femmes et des enfants. La majorité de la population syrienne, tout comme les rebelles qui tentent de renverser le régime depuis plus de deux ans, sont des sunnites.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.