Le Premier ministre syrien sort indemne d'un attentat à Damas

Waël al-Halaqi, dont le garde du corps a été tué, a échappé à un attentat à la voiture piégée près du palais présidentiel.

Le Premier ministre syrien, Waël al-Halaqi, le 15 janvier 2013 à Téhéran (Iran).
Le Premier ministre syrien, Waël al-Halaqi, le 15 janvier 2013 à Téhéran (Iran). (BEHROUZ MEHRI / AFP)

Le Premier ministre syrien, Waël al-Halaqi, a échappé, lundi 29 avril, à un attentat à la voiture piégée, à Damas, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Son garde du corps a été tué. "Un deuxième garde du corps et le chauffeur se trouvent dans un état critique", a précisé le directeur de l'organisation, Rami Abdel Rahmane. Selon lui, "l'explosion semble avoir été télécommandée."

L'attentat, qui visait le convoi du Premier ministre, a eu lieu dans le quartier de Mazzé, zone ultrasécurisée du centre-ouest de la capitale syrienne abritant de nombreuses ambassades, des bâtiments gouvernementaux et des services de renseignement. De nombreux responsables politiques y résident.

"Explosion terroriste"

La télévision d'Etat syrienne a fait état d'une "explosion terroriste", un terme par lequel les autorités syriennes désignent les rebelles aidés dans leur combat par des jihadistes, qui ont revendiqué de nombreux attentats-suicides, en particulier à Damas. 

Le 9 avril, une puissante attaque à la voiture piégée avait fait au moins 15 morts et 53 blessés en plein centre de la capitale. Le 21 mars, une précédente explosion avait tué 49 personnes, dont un célèbre dignitaire sunnite proche du pouvoir. Un mois plus tôt, quatre attentats avaient fait une centaine de morts, le bilan le plus lourd à Damas depuis le début du conflit.