Frappes en Syrie : "Il faut mettre plus de pression sur Poutine", affirme un ancien conseiller de Barack Obama

Brett Bruen, ancien diplomate américain, a affirmé, samedi sur franceinfo quelques heures après les frappes occidentales en Syrie, que "ce que nous faisons en ce moment, c'est essayer de frapper et attendre de voir quelle sera la réaction de la Syrie".

Un Typhoon de l\'armée britannique décolle d\'une base aérienne à Chypre, le 14 avril.
Un Typhoon de l'armée britannique décolle d'une base aérienne à Chypre, le 14 avril. (IAKOVOS HATZISTAVROU / AFP)

Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont lancé dans la nuit de vendredi à samedi 14 avril une opération militaire conjointe en Syrie, en représailles à une attaque chimique présumée le 7 avril à Douma, près de Damas. Toutefois, Brett Bruen, un ancien diplomate américain, estime samedi sur franceinfo que le président syrien, Bachar al-Assad n'est pas "une personne qui va changer après une attaque assez limitée, assez ciblée".

"S'il n'y a pas de réaction, qu'allons-nous faire ?"

Cet ancien conseiller de Barack Obama à la Maison Blanche au sein du Conseil national de sécurité de 2013 à 2015 affirme qu'il "faut mettre plus de pression sur Poutine et aussi dans le domaine politique et économique". Brett Bruen a assuré également qu'il "faut que la Syrie, la Russie, l'Iran et les gens qui donnent leur appui à ce régime syrien aient connaissance des conséquences".

Par ailleurs, cet ancien diplomate américain a regretté le manque de stratégie de Donald Trump. "Ce que nous faisons en ce moment, c'est essayer de frapper et attendre de voir quelle sera la réaction de la Syrie et surtout de monsieur Poutine. S'il n'y a pas de réaction, qu'allons-nous faire ? Frapper encore ?", s'interroge-t-il. Brett Bruen indique que "pour l'instant, monsieur Trump n'a pas dit quelles sont les actions qu'il prévoyait pour arrêter l'usage des armes chimiques."