VIDÉO. Frappes en Syrie : "Bien sûr qu'il y a un risque" pour les militaires russes... Quand Bernard Kouchner répond à un diplomate russe

L'ex-ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, répond sèchement, jeudi, au numéro deux de l'ambassade de Russie en France, qui met en garde contre des représailles en Syrie, en raison de la présence de militaires russes dans le pays. 

FRANCEINFO / RADIOFRANCE

Alors que les États-Unis et la France réfléchissent à une "réplique ferme" à l'attaque chimique présumée de Damas à Douma, en Syrie, et que la Russie a prévenu qu'elle abattrait tout missile survolant le territoire, Bernard Kouchner a estimé jeudi 12 avril sur franceinfo que "sans Vladimir Poutine, Bachar al-Assad aurait perdu" la guerre en Syrie.

Aussi invité ce jeudi sur franceinfo, Artem Studennikov, ministre conseiller de l'ambassade de Russie en France, a mis en garde les Occidentaux. "Des militaires russes sont présents sur le terrain, a-t-il rappelé, au moment où vous êtes bombardés, vous pouvez et vous devez réagir."

"Bien sûr qu'il y a un risque" pour les militaires russes, a répondu l'ancien ministre des Affaires étrangères. "Mais enfin, il croyait qu'ils faisaient la guerre ou il croyait qu'ils faisaient une partie de billard ? Bien sûr qu'il y a des Russes en Syrie et ce sont des gens qui, sur ordre, ont soutenu Bachar Al-Assad et ont participé à la guerre."

Pour Bernard Kouchner, la France et les Occidentaux ne doivent pas "se dérober". Pour lui, "c'est parce que nous nous sommes dérobés en 2013 que Vladimir Poutine a pris une partie de l'Ukraine et la Crimée. Ce n'est pas un doux agneau. Là, il a l'air gentil Monsieur Poutine, mais lui aussi c'est un dur."

Le numéro deux de l\'ambassade de Russie en France, Artem Studennikov, et l\'ex-ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, dans les studios de franceinfo, le 12 avril 2018.
Le numéro deux de l'ambassade de Russie en France, Artem Studennikov, et l'ex-ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, dans les studios de franceinfo, le 12 avril 2018. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)