En images Syrie : la Voie lactée brille au-dessus des ruines d'Ariha

Ce phénomène rare qui survient surtout en été par ciel sans Lune.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La voie lactée brille au-dessus des ruines de la ville d'Ariha, en Syrie, le 27 juin 2020. (OMAR HAJ KADOUR / AFP)

Dans la Syrie en guerre, une traînée blanche a constellé dans la nuit le ciel au-dessus des ruines de la ville déserte d'Ariha, dévastée par les violences. Samedi 27 juin, avant l'aube, la voie lactée est apparue, comme par magie. Un phénomène rare qui survient surtout en été par ciel sans Lune. De quoi créer un saisissant contraste entre ciel et terre, immortalisé par un photographe de l'AFP grâce à des photos longue exposition.

La voie lactée brille au-dessus des ruines de la ville d'Ariha, en Syrie, le 27 juin 2020. (OMAR HAJ KADOUR / AFP)

Sous ce vaste nuage d'étoiles, les squelettes d'immeubles, les décombres, les façades et toits éventrés semblent d'autant plus effroyables. La ville, perchée dans une région montagneuse de la province d'Idleb, a longtemps été un site touristique prisé en Syrie. Pins, hôtels, restaurants... La douceur de vie qui y régnait autrefois attirait de nombreux visiteurs.

La voie lactée brille au-dessus des ruines de la ville d'Ariha, en Syrie, le 27 juin 2020. (OMAR HAJ KADOUR / AFP)

Aujourd'hui déserte, elle a fait l'objet en début d'année, à l'instar d'autres localités et villes environnantes, d'une vaste offensive du régime syrien, soutenu par l'aviation russe, pour la reprendre aux jihadistes et sécuriser une autoroute stratégique, poussant ses quelque 70 000 habitants à fuir massivement vers des zones plus sûres.

La voie lactée brille au-dessus des ruines de la ville d'Ariha, en Syrie, le 27 juin 2020. (OMAR HAJ KADOUR / AFP)

Mais la ville, ravagée, est restée aux mains des jihadistes et le cauchemar ne semble pas terminé. Plus de neuf ans après le début de la guerre, Ariha et la région d'Idleb, dernier bastion jihadiste et rebelle échappant au pouvoir de Damas, restent dans le collimateur du régime malgré un fragile cessez-le-feu entré en vigueur en mars.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.