DIRECT. Syrie : les combats ont cessé à Alep-Est, les civils et les rebelles ont être évacués

Le régime syrien est sur le point de reprendre toute la ville d'Alep, après une offensive dévastatrice contre les rebelles, mais aussi contre les civils.

Des habitants quittent une zone rebelle d\'Alep, en Syrie, le 13 décembre 2016. 
Des habitants quittent une zone rebelle d'Alep, en Syrie, le 13 décembre 2016.  (KARAM AL-MASRI / AFP)
avatar
franceinfo avec AFP et ReutersBenoît ZagdounKocila MakdecheFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Un cessez-le-feu pour permettre une évacuation. L'ambassadeur russe à l'ONU, Vitali Tchourkine, a affirmé mardi 13 décembre que les combats avaient cessé à Alep-Est après le début d'une opération d'évacuation des combattants rebelles et des civils. Une information confirmée par la Turquie. Une réunion d'urgence du Conseil de sécurité sur la situation à Alep-Est, demandée par la France et le Royaume-Uni, se déroule à New York. 

La plus grande victoire du régime depuis 2011. Le régime est engagé dans une opération de reconquête des quartiers tenus par les rebelles, poussant à la fuite des milliers de civils. L'armée syrienne est sur le point de reprendre le contrôle de la ville et de remporter ainsi sa plus grande victoire depuis le début du conflit en 2011.

Des "crimes de guerre voire des crimes contre l'humanité". Lors de son discours de politique générale, le nouveau Premier ministre français, Bernard Cazeneuve, a dénoncé les "massacres" commis par le régime syrien contre les civils à Alep, qui peuvent constituer des "crimes de guerre voire des crimes contre l'humanité".

Plus de 310 000 personnes tuées depuis le début du conflit. C'est le bilan établi par l'OSDH. L'ONG rapporte la mort de 312 001 personnes, dont 90 000 civils, depuis le début de la guerre, déclenchée par la répression de manifestations pro-démocratie pacifiques.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ALEP

22h54 : "Nous assistons en direct à l'éradication d'une population. Alep crève et emporte dans ses ruines, avec les milliers d'enfants, de femmes et d'hommes que nous laissons mourir, l'idée même de droit international." Dans une tribune commune publiée sur le Monde, l'essayiste Raphaël Glucksmann et Yannick Jadot, le candidat écologiste à la présidentielle, tire la sonnette d'alarme sur les atrocités commises en Syrie.

21h56 : "Nous n'oublierons jamais comment le monde a obligé les habitants d'Alep à choisir entre deux options, toutes les deux mauvaises : la mort collective ou les déplacements forcés de populations." C'est en ces mots que le Syrien Hadi Abdullah, qualifié "journaliste de l'année 2016" par Reporters sans frontières, qualifie la situation actuelle.

21h49 : Bonsoir cher @anonyme. C'est un des points négociés lors de ce cessez-le-feu. Selon Yasser al-Youssef, du groupe rebelle Noureddine al-Zinki, les combattant évacués "choisiront de se rendre soit dans l'ouest de la province d'Alep ou vers la province d'Idleb", deux régions sous contrôle rebelle. Difficile de dire pour le moment si ce point de l'accord sera respecté.

Dans le quartier de Salaheddine, où se trouvent encore des rebelles en ce moment, de nombreux bus attendaient le début de l'opération d'évacuation, selon un photographe de l'AFP. Voici l'un d'eux, affichant les couleurs du régime.



(AFP)

21h49 : Bonjour Je ne suis pas sur de comprendre : ou vont etre emmenes exactement les combattants rebelles, j'ai du mal a imaginer qu'on les laisse fuir vers d'autres zones d'affrontements ...

21h13 : Le dessinateur Wingz a lui rebondi sur la polémique avec un dessin très acide publié sur Twitter. Franceinfo publie d'ailleurs dans cet article d'autres dessins sur la tragédie que vit la ville d'Alep.

21h11 : Le 4 décembre, la mission française à l'ONU fêtait ses 30 000 abonnés sur Facebook avec un mannequin challenge. Une vidéo que n'ont pas manqué de ressortir les internautes aujourd'hui alors que la ville d'Alep vit une tragédie humanitaire. "C'est bien l'immobilisme, c'est dans la ligne de conduite de l'ONU", critique une internaute. "A Alep aussi, ils font un mannequin challenge mais allongés par terre, au mieux avec une balle dans la tête", renchérit un autre.

20h36 : "Les combats autour d'Alep-Est sont terminés."

Les combattants rebelles "ont commencé à partir et à la suite de cela les opérations militaires ont cessé", vient de déclarer le diplomate à des journalistes.

20h28 : Selon ces images de propagande diffusées par la télévision syrienne, des familles auraient déjà fui Alep-Est, ce matin. Les activistes anti-régime affirment que certaines d'entre elles ont été exécutées.

(FRANCE 3)

21h30 : Une source militaire syrienne, citée par l'AFP, ainsi que le maire d'Alep précisent que l'évacuation des combattants débutera demain autour de 5 heures du matin.

20h14 : Washington demande que des "observateurs internationaux impartiaux" soient déployés à Alep pour superviser l'évacuation et assurer la sécurité des civils. Selon Samantha Power, l'ambassadrice américaine à l'ONU, les habitants d'Alep-Est "ont peur, à juste titre, d'être abattus dans la rue ou emmenés vers un des goulags d'Assad".

19h08 : Après les massacres, les différentes parties du conflit confirment la mise en place d'un accord de cessez-le-feu. Après les rebelles et les Russes, un responsable de l'armée syrienne, cité par Reuters, confirme qu'un accord a été conclu à Alep. Les insurgés commenceront à évacuer la ville dès demain, affirme cette source.

18h41 : Un accord a été trouvé pour évacuer les combattants rebelles d'Alep, annonce à son tour une source diplomatique russe.

17h40 : Un responsable d'un autre groupe d'insurgés d'Alep parle, lui, de "signes d'une avancée dans les heures qui viennent".

17h41 : Rebelles et Russes sont convenus depuis ce matin de cesser les bombardements, selon un responsable des insurgés. Un cessez-le-feu en bonne et due forme est en discussion et devrait entrer en vigueur dans la soirée, assure-t-il.

17h35 : Selon un responsable des rebelles syriens, un accord de cessez-le-feu a été conclu avec la Russie, alliée du régime syrien, depuis ce matin. #SYRIE

16h49 : Ces photos ont été prises aujourd'hui dans un quartier d'Alep repris par le régime syrien et ses alliés. Les immeubles sont en ruines. Les habitants fuient.








(George OURFALIAN / AFP)

16h44 : Des diplomates annoncent une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies à 18 heures sur la crise humanitaire à Alep. #SYRIE

16h49 : "Ce que je retiens de ces quelques jours, c'est qu'il n'y a pas que les bombes qui tuent, il y a aussi le cynisme et la résignation. C'est une part de notre humanité qui a été ensevelie avec les femmes, les hommes et les enfants d'Alep."

Cécile Duflot écrit un long message sur sa page Facebook, après avoir été refoulée hier avec les deux autres députés français qui l'accompagnaient à la frontière turque, alors qu'ils voulaient entrer en Syrie pour défendre "une solution humanitaire".

16h42 : La France demande une "réunion immédiate" du Conseil de sécurité de l'ONU sur la situation à Alep. C'est "la pire tragédie humanitaire du XXIe siècle", selon l'ambassadeur français François Delattre.

16h17 : Autre temps fort de cette séance à l'Assemblée, la déclaration du chef du gouvernement, Bernard Cazeneuve à propos des "innombrables atrocités" et "massacres" commis à Alep, en Syrie.

13h24 : Notre journaliste Alice Maruani donne la parole aux manifestants qui demandent que la France agisse pour les civils d'Alep, pris sous les bombes du régime syrien et de ses alliés.

12h41 : Cette rencontre Hollande-Merkel à Berlin est l'occasion pour le chef de l'Etat et pour la chancelière allemande de redire leur préoccupation, alors que le régime syrien et ses alliés russe et iranien sont sur le point de reprendre Alep aux rebelles au prix d'"atrocités" dénoncées par l'ONU.

12h26 : Quelques dizaines de personnes manifestent en ce moment près des bureaux du ministre de l'Intérieur à Paris. Elles demandent que la France agisse pour faire cesser les massacres à Alep. Notre journaliste Alice Maruani est sur place.