Deux jihadistes français arrêtés à leur retour de Syrie

Au total, quatre personnes ont été placées en garde à vue pour "association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme". 

Quatre Français, dont deux hommes ayant séjourné en Syrie, ont été interpellés mardi 17 juin dans le sud-est de la France et placés en garde à vue pour "association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme", a annoncé le ministère de l'Intérieur. Âgés de 20 à 32 ans, ces deux hommes et deux femmes ont été interpellés par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) dans le Gard et dans le Vaucluse, a précisé le ministère confirmant une information de Midi Libre. Trois d'entre eux, une femme et les deux hommes, ont été arrêtés à Nîmes, a-t-on précisé de source judiciaire.

Les policiers agissaient sur commission rogatoire d'un juge antiterroriste parisien, dans le cadre d'une information judiciaire ouverte le 28 février 2013 sur cette "filière syrienne de Nîmes". Plus de cinquante procédures sur des filières syriennes sont en cours à Paris, alors que le gouvernement a récemment lancé un plan de lutte contre les filières de recrutement de candidats au jihad en Syrie.

Depuis un an et demi, les candidats au jihad sont de plus en plus nombreux, et leur retour en Europe après un passage en Syrie présente, aux yeux des responsables de l'antiterrorisme, le principal risque d'attentat. Un risque illustré par la tuerie du 24 mai au Musée juif de Bruxelles, qui a fait quatre morts. Le suspect, Mehdi Nemmouche, originaire du nord de la France et actuellement détenu près de Paris, s'était rendu en Syrie fin 2012.