Députés français en Syrie : de Damas à Alep, "l'ami" Thierry Mariani vient voir "la réalité du terrain"

Les députés français Thierry Mariani, Jean Lassalle et Nicolas Dhuiq sont arrivés en Syrie jeudi soir. Alors que l'Élysée déplore l'initiative, Thierry Mariani affirme que cette visite n'a aucun lien avec l'élection présidentielle.

Jean Lassalle, Nicolas Dhuicq et Thierry Mariani, le 5 janvier 2017 en Syrie
Jean Lassalle, Nicolas Dhuicq et Thierry Mariani, le 5 janvier 2017 en Syrie (ALICE SERRANO / RADIO FRANCE)

Au poste frontière pour passer en Syrie, jeudi 5 janvier, pas de longue file d’attente. C’est du côté VIP que l’on entre. Devant les caméras de télévision, les trois députés français Thierry Mariani (LR), Jean Lassalle (ex-MoDem) et Nicolas Dhuicq (LR) sont accueillis par une délégation de parlementaires syriens. "L’ami" Thierry Mariani, comme le présente la députée de Damas, sirote un thé de bienvenue. Le représentant des Français de l'étranger connaît bien la maison : c'est la troisième fois qu'il se rend en Syrie depuis le début du conflit.

Un passage à Alep dès vendredi

La visite, que déplorent l'Élysée et le ministère français des Affaires étrangères, va durer quatre jours. "Nous y mettons beaucoup d’espoir, explique à franceinfo la parlementaire syrienne Maha Shberoo, notamment pour infléchir la position française. En cette période électorale en France, la victoire de François Fillon pourrait avoir une influence très positive sur la position de la France vis-à-vis de la Syrie."

De son côté, Thierry Mariani nous l'assure : il n’est pas là en mission commandée. "Nous ne sommes envoyés par personne. Nous venons nous rendre compte de la réalité du terrain", dit-il. Lorsqu'on souligne sa proximité avec François Fillon, candidat à l'élection présidentielle, le député des Français de l'étranger rétorque : "Je le soutiens. Mais je ne suis pas proche de François Fillon, je ne suis pas dans l'organigramme de campagne. Je ne suis porteur d'aucun message. Cette visite n'a rien à voir avec l'élection présidentielle." 

Même si François Fillon et Thierry Mariani sont sur la même ligne vis-à-vis de Damas, celle de la main tendue au régime de Bachar al-Assad, l’entourage du candidat à l'élection présidentielle prend ses distances avec l’initiative du député.

La visite des trois élus débute par un passage à Alep dès vendredi. "J'ai plusieurs sons de cloche et j'ai besoin de voir au plus près. J'ai besoin de comprendre", confie Jean Lassalle, ancien membre du MoDem et candidat à l'élection présidentielle, qui s'était déjà rendu en Syrie en novembre 2016. Quant à la parlementaire syrienne Maha Shberoo, elle lance fièrement que ce passage à Alep va permettre aux trois députés de constater "la victoire de forces loyalistes et de leurs alliés".

Alice Serrano a suivi l'arrivée de Thierry Mariani, Jean Lassalle et Nicolas Dhuiq en Syrie
--'--
--'--