CARTE. L'immense majorité des bombes russes en Syrie ne tombent pas sur l'Etat islamique

Après un mois de bombardements russes sur le territoire syrien, le constat est clair : la cible n'est pas le groupe Etat islamique. Francetv info dresse la carte des zones qui sont visées.

Qui sont les combattants visés par les Russes ? Depuis mercredi 30 septembre, des centaines de cibles ont été bombardées par l'aviation russe en soutien du régime de Bachar Al-Assad. Pour la seule journée du 28 octobre, l'armée russe a annoncé avoir bombardé 118 cibles "terroristes" en Syrie, un nombre record depuis le début de l'intervention. Lorsque l'on se penche sur les zones ciblées par ces frappes, le constat est net : l'immense majorité des bombes ne tombent pas sur des territoires contrôlés par les jihadistes du groupe Etat islamique. 

Nous avons compilé les données produites par l'Institut pour l'étude de la guerre américain (ISW), qui publie de façon régulière un état des lieux de la situation. Pour quelques frappes visant les rives de l'Euphrate, à Raqqa ou Deir ez-Zor (cibles de l'aviation française fin septembre et début octobre), l'immense majorité des autres se situent dans l'ouest du pays, entre les villes de Homs et d'Alep. Ces zones sont contrôlées par les rebelles anti-Assad et les jihadistes du Front al-Nosra. Ce sont les zones dans lesquelles les forces du régime perdaient du terrain avant l'offensive russe et qu'elles tentent désormais de reconquérir, avec peu de succès jusqu'à présent.