Cet article date de plus de huit ans.

Armes chimiques en Syrie : les preuves des services de renseignement français

Une note détaillée révélée par le "Journal du dimanche" liste l'arsenal d'armes chimiques dont dispose l'armée syrienne. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des enquêteurs de l'ONU récoltent des échantillons de traces d'armes chimiques présumées près de Damas, le 28 août 2013.  ( REUTERS)

L'inventaire est glaçant. Une note des services de renseignement français, révélée par Le Journal du dimanche (article abonnés) du 1er septembre, liste l'arsenal d'armes chimiques dont dispose l'armée syrienne, accusée par la France et les Etats-Unis d'être à l'origine de l'attaque chimique meurtrière du 21 août. Quelques heures après la publication de cette note, le gouvernement français a annoncé qu'il allait déclassifier prochainement des documents secret-défense sur l'arsenal d'armes chimiques détenu par le régime de Bachar al-Assad en Syrie. 

Le document de quatre pages révélé par le JDD, dont les citations "sont exactes" selon une source gouvernementale, détaille les différentes substances, les missiles qui peuvent être utilisés pour les disperser, et les sites de production à travers le pays. 

Les substances

Dans cette synthèse réalisée par la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) et la DRM (Direction du renseignement militaire), il est écrit que le régime syrien dispose de "plus de mille tonnes d'agents chimiques de guerre", dont de l'ypérite, du VX, "le plus toxique des agents de guerre chimique connus" selon le JDD, et du gaz sarin. Il s'agit de "l'un des stocks opérationnels les plus importants du monde".

L'hebdomadaire rappelle que cultiver et posséder des armes chimiques est interdit par la convention de 1993 signée par 189 pays... à l'exception de la Syrie et Corée du Nord, entre autres.  

Les vecteurs

Cette note,qui rassemble des informations "accumulées pour certaines depuis près trente ans" d'après le JDD, fait notamment état de "bombes aériennes pouvant transporter entre 100 et 300 litres" de gaz sarin. 

Le régime syrien disposerait également "de roquettes d'artillerie d'une portée de moins de 50 km pouvant délivrer de l'ypérite, du sarin ou du VX", détaille le journal.

Les sites de production

Le JDD publie une image satellite du Centre d'études et de recherches scientifiques  (CERS) syrien, situé à Barzah près de Damas. "La branche 450" du CERS serait "responsable des opérations de remplissage des munitions chimiques mais également de la sécurité des stocks", indique la note citée par l'hebdomadaire. 

Selon le JDD, les sites de production d'armes chimiques seraient éparpillés dans le pays, certains se situant près d'Alep, à Homs et Lattaquié. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.