Cet article date de plus de cinq ans.

Armes chimiques en Syrie : "Le Conseil de sécurité de l'ONU devrait décider de sanctions à l'égard du régime"

"La Syrie, qui est maintenant membre de l'OIAC, si elle a utilisé ces armes, et c'est le cas, elle a violé cette convention", a réagi jeudi sur franceinfo Olivier Lepick, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS). "Le Conseil de sécurité de l'ONU devrait décider de sanctions à l'égard du régime, sauf à penser que la Russie et la Chine ne s'y opposent."

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un homme et une femme pleurent des proches morts lors d'un bombardement lors duquel des armes chimiques auraient été probablement utilisées par le régime de Damas, à Damas (Syrie), le 21 août 2013. (AMMAR AL-ARBINI / SHAAM NEWS NETWORK / AFP)

Des armes chimiques ont été utilisées en Syrie. C'est la conclusion d'une enquête menée conjointement par l'ONU et l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) publiée mercredi. Ce rapport indique que ces armes ont été utilisées par le régime syrien et par le groupe terroriste Daech.

"Il y a un arsenal de possibilités juridiques qui vont de sanctions supplémentaires décidées par le Conseil de sécurité des Nations unies, à une saisine de la Cour internationale de Justice pour juger les caciques du régime en leur demandant de répondre à leurs actes", a ajouté Olivier Lepick.

Mais pour Daech, il est compliqué d'invoquer le droit international, a reconnu Olivier Lepick. "La convention d'interdiction ne prévoit que des sanctions interétatiques. La seule capacité que nous ayons à leur dénier l'utilisation de ce type d'agents, c'est des frappes militaires. Mais il est très compliqué d'empêcher l'organisation, par des disposition commerciales, de mettre la main sur les agents chimiques."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.