Cet article date de plus de six ans.

Référendum sous haute tension au Congo

Les électeurs congolais sont appelés à se prononcer ce dimanche sur un projet de nouvelle Constitution. Le texte vise à permettre au président sortant, Denis Sassou N'guesso, de briguer un troisième mandat à la tête de l'Etat l'année prochaine. L'opposition dénonce un coup d'Etat constitutionnel et appelle à la désobéissance civile. Ces derniers jours, les heurts violents se sont multipliés.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Denis Sassou Nguesso (ici en 2013) cumule plus de 30 ans de pouvoir au Congo-Brazzaville © Maxppp)

Exit la limite à deux des mandats présidentiels, exit l’âge limite de 70 ans pour être candidat à la magistrature suprême, un texte taille sur mesure. Denis Sassou N'guesso, 72 ans cette année, cumule plus de trois décennies passées au pouvoir et n’entend pas en rester là.

 

Battu lors des premières élections pluralistes organisées sous la pression internationale en 1992, le président congolais est revenu au pouvoir en 1997 à l’issue d’une violente guerre civile. Réélu en 2002, puis en 2009 lors de scrutions controversés, Denis Sassou N'guesso a depuis resserré le périmètre de la démocratie.

Pilier de la France-Afrique, le président congolais se méfie de Paris. François Hollande a rappelé qu’il soutenait la liberté d’expression au Congo, condamnant le non-respect de la constitution.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.