RDC : plus de 70 tués à Kinshasa et Lubumbashi

Situation confuse à Kinshasa : des hommes armés ont pris en otage des journalistes de la Radio-télévision nationale. Des tirs ont également été entendus à l'aéroport de Kinshasa, ainsi qu'à l'état-major de l'armée. Le gouvernement assure que la situation est désormais sous contrôle, et qualifie les assaillants de "terroristes" - plus de 70 ont trouvé la mort, selon lui. Les assaillants se revendiquent d'un pasteur, ancien candidat à la présidentielle en 2006.

(IDÉ)

Que se passe-t-il en République démocratique du Congo ? Un coup d'Etat qui ne dit pas encore son nom ? Quoi qu'il en soit, la police, l'armée et la garde républicaine (chargée de la protection du président Joseph Kabila) se sont déployées dans les rues de Kinshasa, pour rétablir la circulation.

Des hommes armés ont pris en otage des journalistes au siège de la Radio-télévision nationale, tôt ce lundi matin. Le signal de la télévision a été brièvement coupé. "Ce sont des gens armés avec des machettes et des armes" , précise un colonel de la police. Une opération serait en cours pour les déloger.

Peu après, des tirs ont retenti à l'aéroport international de Ndjili, à la sortie de Kinshasa. Ainsi qu'à l'état-major de l'armée. Une attaque a également eu lieu dans la ville de Lubumbashi.

L'ambassade des Etats-Unis, à Kinshasa, conseille à ses ressortissants de rester chez eux, avec leur passeport, au cas où... 

En fin de matinée, le gouvernement, par la voix de son ministre de la Communication Lambert Mende Omalanga, a assuré que la situation était désormais sous contrôle, qualifiant au passage les assaillants de "terroristes". D'après plusieurs médias locaux, il s'agirait de soutiens à Gédéon Mukungubila, pasteur et ancien candidat à la présidentielle en 2006.

Selon le ministre, plus de 70 assaillants ont été tués dans deux attaques distinctes à Kinshasa et Lubumbashi. Trois militaires ont eux trouvé la mort à Kinshasa.