VIDEO. Bombardements et nouvelles violences au Yemen

Au moins 36 personnes sont mortes, vendredi, dans des attaques rebelles et des bombardements menés par la coalition pro-gouvernementale soutenue par l'Arabie saoudite.

FRANCETV INFO

De nouvelles violences ont fait, vendredi 17 avril, au moins 36 morts dans le sud du Yémen, où se concentrent les combats. Aidés des militaires restés fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh, les rebelles chiites houthis, liés à l'Iran, ont poursuivi leur offensive, après s'être emparés de la capitale Sanaa et de plusieurs provinces du nord, du centre et de l'ouest du pays.

>> Si vous êtes perdu face à ce conflit, consultez notre article à lire pour comprendre la situation au Yémen

Pour tenter de stopper leur progression et les empêcher de prendre le pouvoir dans le pays, une coalition arabe menée par l'Arabie saoudite, alliée du président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, bombarde quotidiennement par les airs, depuis le 26 mars, leurs positions. Vendredi, de violentes explosions ont secoué Taëz, la troisième ville du pays, où des avions de la coalition ont lancé des raids contre les houthis, selon des habitants.

Un pays "en feu", selon l'ONU 

L'ONU a exigé un cessez-le-feu immédiat au Yémen, où les combats ont fait des centaines de morts et provoqué une grave crise humanitaire en près d'un mois. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé, vendredi, une trêve "immédiate" dans le pays "en feu" : "Le processus de paix diplomatique soutenu par les Nations unies est le meilleur moyen pour sortir de cette guerre qui dure depuis longtemps et a des conséquences terrifiantes pour la stabilité régionale."

Des rebelles yéménites devant les restes d\'un bombardement saoudien, près d\'Aden (Yemen), le 16 avril 2015.
Des rebelles yéménites devant les restes d'un bombardement saoudien, près d'Aden (Yemen), le 16 avril 2015. (SALEH AL-OBEIDI / AFP)