Les Emirats arabes unis interceptent deux missiles lancés par les rebelles yéménites

Les Emirats font partie d'une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite qui soutient depuis 2015 le gouvernement du Yémen contre les Houthis soutenus par l'Iran. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La capitale des Emirats arabes unis, Abu Dhabi, le 20 janvier 2022. (GIUSEPPE CACACE / AFP)

Les Emirats arabes unis ont intercepté deux missiles balistiques qui visaient la capitale Abou Dhabi, a annoncé lundi 24 janvier le ministère de la Défense, attribuant cette attaque aux rebelles Houthis au Yémen"Cette attaque n'a pas fait de victime, et les restes des missiles balistiques interceptés et détruits ont chuté dans différents endroits de l'Emirat d'Abou Dhabi", a-t-il précisé dans un communiqué.

Ces missiles ont été lancés "par le groupe terroriste Houthi en direction du pays", selon le ministère de la Défense. Les Emirats arabes unis font partie d'une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite qui soutient depuis 2015 le gouvernement du Yémen contre les Houthis soutenus par l'Iran. Il s'agit de la deuxième attaque contre les Emirats arabes unis menée par les Houthis en une semaine.

"Prêts à répondre à l'escalade"

Les rebelles yéménites ont revendiqué le 17 janvier une attaque de drones et de missiles qui a frappé des installations pétrolières et l'aéroport d'Abou Dhabi et fait trois morts. Les Houthis ont mené des multiples attaques contre l'Arabie saoudite, mais l'attaque du 17 janvier contre Abou Dhabi était la première reconnue par les Emirats arabes unis à l'intérieur de leurs frontières.

Le conflit au Yémen, qui a fait quelque 377 000 morts, s'est intensifié ces dernières semaines avec une augmentation des raids de la coalition militaire et des offensives au sol des forces gouvernementales. "Nous sommes prêts à répondre à l'escalade par l'escalade", a d'ailleurs prévenu un porte-parole des rebelles dans une déclaration télévisée lundi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Yémen

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.