Cet article date de plus de sept ans.

Yemen : l'attentat à Sanaa aurait fait plus de 25 morts

Un attentat à Sanaa au Yemen aurait fait près de 25 morts et des dizaines de blessés, ce matin. Le ministère de la Défense a été l'objet d'une attaque très violente, où plusieurs médecins étrangers figurent parmi les victimes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un soldat yéménite près de l'aéroport de Sanaa (Yémen), le 6 août 2013. (MOHAMMED HUWAIS / AFP)

Trois médecins étrangers -un Vénézuélien et deux Philippines- ainsi que trois de leurs collègues yéménites figurent parmi les 25 personnes tuées dans l'attaque lancée jeudi contre le complexe du ministère de la Défense à Sanaa, selon une source médicale.

Cinq patients, dont un juge, figurent également parmi les morts, a-t-on ajouté. Les assaillants ont concentré leur attaque contre l'hôpital militaire du complexe.

L'un des frères du président Abd Rabbo Mansour Hadi, Ahmed, âgé de 90 ans, qui était soigné à l'hôpital, a survécu à l'attaque, et a été transféré dans un autre établissement hospitalier militaire, selon la même source.

L'attentat, une attaque suicide suivie par un assaut armé, sur le modus operandi d'Al-Qaïda, a fait au total 25 morts et des dizaines de blessés, selon un responsable des services de sécurité.

La télévision d'Etat a indiqué que les assaillants ont profité de travaux à l'entrée du complexe pour lancer leur attaque.

Elle a montré des corps déchiquetés par les balles ou calcinés devant l'établissement hospitalier, un bâtiment blanc de trois étages dont l'entrée est très endommagée.

Elle a également montré des carcasses de voitures et des salles de l'hôpital dévastées avec des flaques de sang au sol.

La chaîne de télévision a ajouté que le président avait ordonné, au cours d'une réunion sur les lieux de l'attentat avec les hauts responsables des services de sécurité, d'ouvrir une enquête dont les résultats doivent être publiés sous 24 heures.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.