VIDEO. Les révolutions arabes dans l'impasse ?

Après l'espoir du printemps arabe, l'impasse ? En Egypte, va-t-on vers un retour de l'armée au pouvoir ? Quid de la Tunisie ? L'analyse de Mathieu Guidère, spécialiste du monde arabe et musulman, invité de Soir3.

Mohamed Morsi envisagé par l'Europe comme un prisonnier politique et visité ce mardi 30 juillet par Catherine Ashton, chef de la diplomatie européenne ? "Il était temps. Il fallait affirmer une position de principe démocratique : un président déchu, fût-il islamiste, n'a pas à être détenu de façon illégale par l'armée." Le spécialiste du monde arabe recommande la distance vis-à-vis du "jeu politicien égyptien, très complexe"

Faut-il craindre le retour d'une dictature militaire ? Après la chute de Moubarak, l'armée au pouvoir n'avait apporté aucune solution, rappelle Mathieu Guidère ; elle exploite aujourd'hui une demande de la population. "Quelle légitimité pour un pouvoir qui nous "vend" une figure comme El Baradei, démocrate associé à des islamistes salafistes plus radicaux que les Frères musulmans ? Illisible pour l'extérieur, inutile pour le pays lui-même." La seule issue est de "cesser cette culture de l'exclusion" via "un gouvernement d'union nationale".

Autre épicentre des révolutions arabes, la Tunisie est elle aussi en crise après l'assassinat du député de gauche Mohamed Brahmi. Le parti islamiste au pouvoir, Ennahda, est sur la sellette. Un scénario à l'égyptienne est-il à craindre ? "Les islamistes tunisiens ont, eux accepté une situation de coalitionLa configuration est donc différente, mais le ras-le-bol tunisien envers Ennahda est comparable à celui des Egyptiens envers Morsi. Donc attention à l'explosion..." conclut Mathieu Guidère.

Des supporteurs du club de football al-Ahly du Caire ont envahi un club de la police situé une île au milieu du Nil et y ont mis le feu, au Caire, en Egypte, le 9 mars 2013.
Des supporteurs du club de football al-Ahly du Caire ont envahi un club de la police situé une île au milieu du Nil et y ont mis le feu, au Caire, en Egypte, le 9 mars 2013. (MAHMUD KHALED / AFP)