Cet article date de plus de douze ans.

Une école gérée par l'Onu bombardée: 2 civils tués

Une femme et un enfant ont péri samedi matin dans le bombardement israélien d'une école gérée par les Nations unies
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Après les raids israéliens de la nuit du 15 au 16 janvier 2009 à Gaza. (© France 2)
Une femme et un enfant ont péri samedi matin dans le bombardement israélien d'une école gérée par les Nations uniesUne femme et un enfant ont péri samedi matin dans le bombardement israélien d'une école gérée par les Nations unies

Le raid s'est produit à Beit Lahiya, dans le nord de la bande de Gaza, où des civils s'étaient refugiés, selon une source médicale et des témoins.

11 personnes ont été blessées dans le raid qui a causé un incendie, selon ces sources. D'intenses combats avaient lieu autour de l'école où Tsahal affrontait -avec des tanks- des activistes palestiniens.

Dans la nuit de vendredi à samedi, une petite fille de 2 ans a par ailleurs été tuée par un obus israélien à Beit Hanoun (nord), et 3 Palestiniens ont été tués par un obus de char à Karama, dans le même secteur, selon des sources médicales palestiniennes.

Depuis vendredi, l'armée israélienne a poursuivi ses attaques qui ont fait au moins 60 morts. Dix personnes ont notamment été tuées dans le bombardement d'une maison où était rassemblée une famille qui faisait le deuil d'un proche tué plus tôt, selon des sources palestiniennes.

Pour la seule journée de vendredi, l'aviation israélienne a annoncé avoir mené une quarantaine de raids aériens sur la bande de Gaza. L'épouse et 5 enfants d'un militant du Hamas ont été tués par des tirs de chars israéliens, dans leur domicile du centre de la bande de Gaza, selon des sources médicales. Le militant n'était pas à son domicile. Par ailleurs, 23 corps ont été récupérés sous des décombres dans le quartier de Tal al-Hawa, à Gaza-ville.

Jeudi, l'armée avait intensifié ses attaques tuant un dirigeant du Hamas, Saïd Siam, dans un raid à Gaza, où les bombardements israéliens ont également touché un complexe de l'Onu, un bâtiment de presse et un hôpital où un incendie s'est déclaré.

Par ailleurs, l'armée israélienne a annoncé vendredi une interruption de 4h de ses opérations offensives à partir de 8h GMT dans la bande de Gaza pour des raisons humanitaires, se réservant toutefois le droit de répliquer à des tirs contre ses forces ou en direction d'Israël. Elle a en outre donné "son feu vert pour le passage de 130 camions de ravitaillement, de médicaments et de fioul", a précisé l'administration militaire israélienne.

Depuis le début de l'offensive israélienne à Gaza le 27 décembre, au moins 1.135 Palestiniens ont été tués, dont 355 enfants et 100 femmes, et plus de 5.130 blessés, selon les services d'urgence à Gaza. Selon le Centre palestinien des droits de l'Homme à Gaza, 65% des morts sont des civils.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.