Un prédicateur saoudien veut voiler les bébés filles

Les parents d'une fillette "doivent lui couvrir le visage et lui imposer le voile (…) pour ne pas tenter" les pervers, estime-t-il. Des propos qui suscitent des protestations dans la presse et sur les réseaux sociaux.

Des femmes saoudiennes font du shopping à Riyad (Arabie saoudite), le 12 janvier 2013.
Des femmes saoudiennes font du shopping à Riyad (Arabie saoudite), le 12 janvier 2013. (FAYEZ NURELDINE / AFP)

"La fillette peut tenter les agresseurs sans le savoir." Le cheikh Abdallah Al-Daoud, un prédicateur saoudien, a préconisé de voiler intégralement les bébés filles pour éviter le harcèlement sexuel, lors d'une intervention sur la chaîne d'émissions religieuses Al-Majd donnée en octobre. Ses propos ont refait surface en Arabie saoudite, samedi 3 février, alors que l'opinion publique est encore sous le choc de la libération, après seulement trois mois de prison, d'un prédicateur reconnu coupable du viol et du meurtre de sa fille de 5 ans.

"Si la fillette peut susciter un certain désir, ses parents doivent lui couvrir le visage et lui imposer le voile (…) pour ne pas tenter" les pervers, a estimé Abdallah Al-Daoud, déplorant le grand nombre d'agressions et de viols d'enfants en Arabie saoudite. Selon la tradition musulmane, les filles doivent porter le voile couvrant les cheveux à partir de la puberté.

Des propos très critiqués

L'intervention d'Abdallah Al-Daoud a suscité de vives protestations sur les réseaux sociaux et dans les médias. Dans un éditorial publié par le quotidien arabophone Al-Hayat (lien en arabe), l'écrivain Badriya Al-Bichr s'est étonnée que le prédicateur "appelle à voiler les fillettes au lieu de proposer une loi contre les agressions sexuelles et une campagne de sensibilisation dans les écoles et les médias".

"Nous souhaitons que de tels propos ne soient pas grossis et interprétés comme étant une fatwa" (édit religieux), a déclaré de son côté l'influent prédicateur Salman Al-Audah.