Proche-Orient : l'interview de Saad Hariri depuis Riyad laisse les Libanais sceptiques

Le Premier ministre Saad Hariri n'a toujours pas remis sa démission en main propre auprès du président libanais, près de dix jours après son départ. En duplex depuis Beyrouth, au Liban, la journaliste de France 2 Maryse Burgot fait le point sur la situation.

France 2

Alors que le Premier ministre libanais Saad Hariri, qui a annoncé depuis Riyad (Arabie saoudite) sa démission le 4 novembre dernier, n'a toujours remis cette dernière en main propre auprès de son président, les Libanais s'interrogent sur son sort. Que sait-on sur les conditions dans lesquelles Saad Hariri se trouve à Riyad ? "Saad Hariri est en train de répondre à une interview diffusée en ce moment, en direct à la télévision", indique la journaliste de France 2 Maryse Burgot, en duplex depuis Beyrouth, la capitale libanaise. "C'est une interview réalisée dans des conditions particulières : la journaliste vedette de la télévision libanaise, qui pose les questions, n'a pas été autorisée par les autorités d'Arabie saoudite à venir avec sa propre équipe", précise-t-elle.

Une liberté de parole remise en question

Et la journaliste d'ajouter : "Ici, tout le monde s'interroge sur la liberté de parole de ce Premier ministre. Parle-t-il sous la contrainte ? Il vient de dire qu'il était libre de quitter l'Arabie saoudite s'il le souhaitait et qu'il avait démissionné de son propre chef, mais ici, une majorité de gens pensent qu'il parle sous la contrainte et qu'il ne jouit pas de toute sa liberté", conclut-elle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, le 3 novembre 2016, au palais présidentiel de Baadba, près de Beyrouth. 
Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, le 3 novembre 2016, au palais présidentiel de Baadba, près de Beyrouth.  (ANWAR AMRO / AFP)