Syrie : Karam-Al-Masri raconte la guerre de l'intérieur

Karam-Al-Masri est reporter à l'AFP (Agence France Presse). Né à Alep, ce syrien de 25 ans couvre l'actualité terrifiante de sa ville natale. Il vient de publier un texte saisissant sur la situation en Syrie. Extraits.

France 3

Rien ne le fait lâcher son appareil, pas même la torture ou la mort de ses parents dans un raid aérien. Karam-Al-Masri tient bon et relate dans ses photos le quotidien d'Alep : "les bombardements, les massacres devenus habituels", écrit-il. Le journaliste photographe a pris en photo un enfant mort sous les décombres.

"Rester en vie"

Il raconte la peur omniprésente. "Mon existence se résume à essayer de rester en vie. C'est comme si j'étais dans une jungle où je tente de survivre jusqu'au lendemain". Dans cette ville qui meurt de soif, l'odeur de la faim s'ajoute à celle de la mort. "Avec le siège, j'ai très faim, je suis affaibli". Prisonnier d'Alep, le photographe voit sa ville brûlée depuis maintenant plus de deux ans.

 

Le JT
Les autres sujets du JT