Cet article date de plus de neuf ans.

Sarkozy entame sa tournée dans le Golfe

Arabie Saoudite, Qatar, Emirats arabes unis. Le président a entamé hier soir une tournée éclair chez les riches producteurs de pétrole. Quelques gros contrats commerciaux devraient être signés…
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

Première étape hier-soir en Arabie Saoudite, "partenaire stratégique majeur pour la France". Nicolas Sarkozy est allé rassurer Riyad et "remettre à plat" la relation entre les deux pays, marquée par une grande confiance mutuelle pendant les années Chirac. Avec le roi Abdullah, le président Sarkozy a abordé la question de l’Iran, du Liban ainsi que du prix du pétrole.

Les deux chefs d’Etat ont signé quatre accords intergouvernementaux et évoqué plusieurs contrats importants en cours de négociation, dans le secteur des transports, du traitement de l’eau et de l’énergie. En revanche, aucun de ces contrats, dont le montant cumulé approche les 40 milliards d’euros, n’a été formellement signé.

Au deuxième jour de sa visite, Nicolas Sarkozy s'exprime ce matin devant le conseil consultatif, une assemblée de 150 membres nommés par le roi. Un discours où il sera question, selon l'Elysée, du "dialogue des cultures, de religion et des valeurs communes". Il rencontrera aussi le prince héritier du royaume, Sultan ben Abdelaziz al-Saoud, avant de s'envoler pour le Qatar, où plusieurs entreprises françaises signeront d'importants contrats. Sa tournée s'achèvera demain aux Emirats arabes unis, où un accord de coopération sur le nucléaire civil doit être conclu : il devrait se traduire par la vente de deux réacteurs nucléaires de la 3e génération (EPR) aux Emirats.

Pour sa première tournée dans le Golfe en tant que président de la République, Nicolas Sarkozy est accompagné de six ministres, dont Bernard Kouchner (Affaires étrangères) et Christine Lagarde (Economie), et d’une quinzaine de chefs de grandes entreprises.

Gilles Halais (avec agences)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.