Cet article date de plus de neuf ans.

Plusieurs dizaines de Tunisiennes ont manifesté lundi à Tunis pour réclamer l'égalité totale dans l'héritage

La manifestation était à l'initiative de l'Association des femmes démocrates (ATFD, féministe) alors que le gouvernement devait revoir lundi la position de la Tunisie sur la Convention internationale pour l'élimination de toutes formes de discrimination à l'égard des femmes.Le régime de Ben Ali avait opposé des réserves à cette convention.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une manifestation de femmes, le 1er avril 2011, contre le port du voile sur les photos d'identité. (FETHI BELAID / AFP)

La manifestation était à l'initiative de l'Association des femmes démocrates (ATFD, féministe) alors que le gouvernement devait revoir lundi la position de la Tunisie sur la Convention internationale pour l'élimination de toutes formes de discrimination à l'égard des femmes.

Le régime de Ben Ali avait opposé des réserves à cette convention.

Les femmes qui ont manifesté dans la place de la Kasbah, à Tunis, souhaitent l'égalité totale et la levée de certaines discriminations, en particulier en matière héritage. "Non à la discrimination", "égalité dans l'héritage", "Pas de dignité sans égalité", pouvait-on lire sur des banderoles.

"Nous sommes là pour la levée totale des réserves émises par la Tunisie notamment en matière d'égalité dans l'héritage", a indiqué Fayza Skandrani, présidente de l'Association Egalité, Parité. "Tant que les femmes ne jouissent pas de l'égalité successorale on ne pourra jamais parler d'égalité et de démocratie, cette discrimination est à l'orgine de toutes les inégalités dans notre société", selon une manifestante, Noura Chéfi, citée par l'AFP.

Dans un communiqué distribué sur place, "le Front des femmes pour l'égalité" a appelé le gouvernement provisoire "à s'inscrire clairement contre toutes les formes de discrimination fondées sur le genre".

", les femmes aspirent à participer à la construction de la démocratie, ainsi qu'au développement de leur pays en tant que citoyennes à part entière", selon ce communiqué. "On est là pour défendre nos mères, nos filles, nos épouses et réclamer le partage égalitaire", a affirmé Kamel Jallouli, un manifestant.

"Vous avez tout et vous êtes en train de nous guider ! Que voulez-vous de plus!", a lancé toutefois un passant, irrité.

La Tunisie dispose d'une législation avancée en matière d'émancipation des femmes, édictée en 1957 par le premier président Habib Bourguiba.

Ces lois abolissant notamment la polygamie sont encore d'avant-garde dans le monde arabo-musulman, mais n'ont pas touché à la loi islamique en matière d'héritage, selon laquelle les femmes héritent de la moitié de ce qui revient aux hommes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.