VIDEO. Trafic pétrolier, racket et kidnapping, l'Etat islamique amasse 2 milliards de dollars par an

France 2 a tenté de comprendre d'où venaient les milliards de l'organisation dans un reportage avec les combattants kurdes qui ont repris des territoires des environs de Raqqa.

MARTINE LAROCHE-JOUBERT et BRUNO GIRODON – FRANCE 2

Taxes, donation, exportations, les jihadistes du groupe Etat islamique, qui occupent un large territoire à cheval sur la Syrie et l'Irak, se financent à la manière d'un véritable Etat, avec son administration et des complicités à tous les niveaux. France 2 a tenté de comprendre d'où venaient les milliards de l'organisation dans un reportage avec les combattants kurdes qui ont repris des territoires des environs de Raqqa, le fief jihadiste dans le centre de la Syrie.

Tal Abyad, ville reprise par les Kurdes, était le théâtre de tous les trafics. Les champs pétrolifères voisins leur assuraient de grosses rentrées d'argent. "Ils faisaient couler le pétrole et le chargeait dans des camions-citernes", explique le ministre du Pétrole de Rojava, dans le Kurdistan syrien. Cet or noir était vendu en contrebande à 30 euros le baril, deux fois moins cher que les cours mondiaux. Le pétrole constitue un quart des rentrées financières du groupe.

Des familles doivent payer pour faire libérer un ou des parents détenus

Dans la ville de Sake, c'est le racket sur les transporteurs qui est dévoilé. Les chauffeurs de camion qui livrent les marchandises à Raqqa doivent payer 200 euros le passage. Les jihadistes délivrent alors un reçu. C'est aussi grâce au kidnapping que le groupe Etat islamique amasse des centaines de milliers d'euros. Des familles doivent payer pour faire libérer un ou des parents détenus dans les geôles jihadistes

Selon la CIA, l'Etat islamique rassemble entre 20 000 et 31 500 combattants en Irak et en Syrie. Cette organisation s'appuie sur un budget annuel estimé à deux milliards de dollars alimenté par ses diverses sources de financement. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des soldats de l\'Armée syrienne libre, dans la région syrienne de Tal Abyad, le 15 juin 2015, photo prise depuis la ville turque de Sanliurfa.
Des soldats de l'Armée syrienne libre, dans la région syrienne de Tal Abyad, le 15 juin 2015, photo prise depuis la ville turque de Sanliurfa. (ALI IHSAN OZTURK / ANADOLU AGENCY / AFP)