VIDEO. La France ne négociera pas avec les preneurs d'otages, dit Valls

"Face au terrorisme, qui joue précisément sur la terreur, sur la peur, il faut être particulièrement déterminé", a dit le Premier ministre sur Europe 1.

EUROPE 1

La France n'engagera "aucune discussion, aucune négociation" avec les ravisseurs du ressortissant français en Algérie, a déclaré mardi 23 septembre Manuel Valls sur Europe 1. L'homme de 55 ans a été enlevé par un groupe ayant fait allégeance à l'Etat islamique. Pour le Premier ministre, "il ne faut jamais céder au chantage, même si évidemment nous sommes très inquiets après l'authentification de cette vidéo".

"Jamais nous n'avons fait face à une telle menace"

"Je veux convaincre nos concitoyens - non pas leur faire peur - mais les convaincre que jamais nous n'avons fait face à une telle menace, en France et en Europe", a dit Manuel Valls.

"Face au terrorisme, qui joue précisément sur la terreur, sur la peur, il faut être particulièrement déterminé, comme l'est la France qui lutte contre le terrorisme partout", a jugé Manuel Valls. Mais "c'est toute la perfidie du terrorisme que d'avoir recours au chantage, à la mort, de menacer. Si on cède, si on recule d'un pouce, on lui donne cette victoire, a déclaré le Premier ministre depuis l'Allemagne, où il est en visite officielle. La France ne peut pas avoir peur face à ceux qui la menacent ainsi."

Le Premier ministre Manuel Valls lors d\'une visite du Grand Palais, à Paris, le 15 septembre 2014.
Le Premier ministre Manuel Valls lors d'une visite du Grand Palais, à Paris, le 15 septembre 2014. (PATRICK KOVARIK / AFP)