Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Irak : habitants et soldats fuient l'offensive jihadiste à Ramadi

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Irak : population et armée régulière fuient l'offensive jihadiste à Ramadi
REUTERS et APTN
Article rédigé par
France Télévisions

Aux portes de la ville, dimanche, une file ininterrompue de véhicules militaires et d'habitants de tous âges se dirigeait vers Bagdad.

Militaires et miliciens chiites irakiens disent, lundi 18 mai, préparer une contre-attaque sur la ville de Ramadi, à 110 km à l'ouest de Bagdad (Irak). Une partie de la ville est actuellement aux mains des jihadistes du groupe Etat islamique. Les forces gouvernementales irakiennes ont déserté, dimanche, leurs dernières positions.

Dans une vidéo filmée au bord de la route, aux portes de Ramadi, dimanche, une file ininterrompue de véhicules militaires et de chars irakiens sortaient de la ville, laissant sur le bas-côté une partie de la population. De nombreux habitants ont également décidé de fuir, en direction de la capitale.

Le revers le plus important depuis fin 2014

Certains sont arrivés à 65 km de Bagdad, sur le pont de Bzibiz, un passage filtré par l'armée irakienne qui laisse passer en premier vieillards et malades. Pour les autorités irakiennes, la perte de Ramadi est le revers le plus important depuis le début de l'offensive lancée fin 2014 pour reconquérir les territoires conquis par les combattants jihadistes.

Plusieurs milices irakiennes ont cependant annoncé avoir des unités dans cette province, notamment dans les villes de Falouja et Habbaniyah, prêtes à se rapprocher de Ramadi. Le Premier ministre irakien, les Etats-Unis et les chefs locaux de la province d'Al-Anbar s'étaient montrés réticents à déployer des milices chiites, dont certaines sont soutenues par l'Iran, dans cette zone, par crainte de s'aliéner sa population, majoritairement sunnite.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etat islamique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.