Un "risque majeur" que des jihadistes voyagent parmi les migrants depuis la Libye, selon Le Drian

Le ministre de la Défense était l'invité du "Grand Jury" RTL / Le Figaro / LCI.

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, le 6 janvier 2016.
Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, le 6 janvier 2016. (MARTIN BUREAU / AFP)

Il est "urgent" de trouver une solution politique à la crise libyenne. Interrogé lors de l'émission Le Grand Jury sur RTL/LCI/Le Figaro, dimanche 31 janvier, le ministre français de la Défense a fait part de son inquiétude face à la progression de l'organisation Etat islamique en Libye, un pays en proie au chaos. Il craint que les jihadistes ne se mêlent aux migrants pour rejoindre l'Europe. 

"Je suis très inquiet sur la Libye, depuis septembre 2014", a confié Jean-Yves Le Drian. "[Les jihadistes de l'EI] sont là, sur près de 300 kilomètres linéaires de côtes, et ils se répandent. Et ils sont à 350 kilomètres de Lampedusa. Lorsque le beau temps va arriver en Méditerranée, il y a des risques de passage de combattants qui pourraient se mélanger à des réfugiés. C'est un risque majeur".

Il demande "un gouvernement d'union nationale" en Libye

Pour le ministre, trouver une solution politique à la crise que traverse le pays doit permettre à la communauté internationale de venir en aide militairement à un futur gouvernement d'union nationale et ainsi empêcher la progression l'Etat islamique. 

"Il faut aboutir à un gouvernement d'union nationale (...) Il y a un processus politique sérieux en cours, validé par le Conseil de sécurité à l'unanimité. Je pense que c'est urgent. Il y aurait un soutien à un gouvernement libyen qui nous le demandera", a-t-il indiqué. 

"Chacun se rend bien compte du danger de transférer un conflit au Levant [Syrie et Irak] sur lequel on commence à avoir des éléments positifs à un nouveau conflit en Libye", a-t-il ajouté. "Le seul moyen de l'éradiquer est l'unité politique de ce pays, pour que nous ayons un interlocuteur".