Un an après la mort de Xavier Jugelé, sa compagnie "attend toujours ses cars de remplacements"

"Les engagements ne sont pas honorés", déplore vendredi Loïc Lecouplier, délégué du syndicat de police Alliance en Île-de-France sur franceinfo.

Loïc Lecouplier, délégué du syndicat de police Alliance en Île-de-France, à Paris le 20 septembre 2017.
Loïc Lecouplier, délégué du syndicat de police Alliance en Île-de-France, à Paris le 20 septembre 2017. (MAXPPP)

Emmanuel Macron rendra hommage vendredi 20 avril à Xavier Jugelé, le policier tué sur les Champs-Elysées il y a un an lors d'un attentat jihadiste. "Nos collègues sont toujours des cibles. Les renforts sont dans les écoles de police, ils arrivent, mais il faut du temps", a déclaré Loïc Lecouplier, délégué du syndicat de police Alliance en Île-de-France sur franceinfo.

"Gros problème de maintenance"

"Il y a eu de nouvelles armes, de nouvelles doctrines, certaines lois ont été remaniées. Mais sur le fond, la police au quotidien, ce n'est pas toujours ça, explique Loïc Lecouplier. Par exemple, les véhicules à la Préfecture de police n'arrivent pas. On a de gros problèmes de maintenance. La compagnie [de Xavier Jugelé] attend toujours ses cars de remplacements. Les engagements ne sont pas honorés"

On essaie de restreindre les primes, la réponse pénale n'est pas là, nos collègues enquêteurs sont noyés...Loïc Lecouplier, délégué du syndicat de police Alliance en Île-de-Franceà franceinfo

Le capitaine de police, âgé de 37 ans, avait été tué par balles dans l'exercice de ses fonctions et trois autres policiers avaient été blessés par les tirs d'un jihadiste français, Karim Cheurfi, repris de justice de 39 ans, qui a été aussitôt abattu. L'attentat avait été revendiqué par le groupe terroriste Etat islamique.