Raqqa : questions autour d'une évacuation de jihadistes

Un convoi transportant plus de 250 combattants de Daech a fui la ville de Raqqa au moment de sa chute, avec l'assentiment de la coalition.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Un long convoi de camions dans les rues dévastées de Raqqa : nous sommes le 12 octobre, quelques jours avant la chute du fief de Daech. Ces hommes en arme sont évacués, visage le plus souvent dissimulé sous des foulards noirs. Qui était dans cet impressionnant convoi ? Les chauffeurs des camions en question ont la réponse : on leur avait dit qu'ils transporteraient 4 000 civils. En fait, 250 combattants de Daech et leur famille sont aussi du voyage. "Il y avait 47 camions, 13 bus, et certains combattants de Daech avaient leur propre véhicule", témoigne l'un d'entre eux.

Une frontière parmi les plus surveillées du monde

Selon ces témoins, des combattants étrangers, dont des Français, sont aussi à bord. Une évacuation autorisée par la coalition. Mais pourquoi un tel accord ? Parce qu'à ce moment-là à Raqqa, des milliers de civils sont pris au piège, le pacte conclu avec Daech permet d'arrêter les combats et donc d'épargner la population. Mais quelle destination pour ces jihadistes? Le convoi se dirige vers l'Est, dans des zones sous contrôle de l'organisation État islamique. Certains ont-ils réussi à aller plus loin, en Turquie, la porte d'accès vers l'Europe ? Peu probable, disent les experts : la frontière entre la Syrie et la Turquie est aujourd'hui l'une des plus surveillées au monde.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les ruines de Raqqa (Syrie), le 22 octobre 2017.
Les ruines de Raqqa (Syrie), le 22 octobre 2017. (YOUSSEF RABIH YOUSSEF / EPA)