Pour les Kurdes, le rêve d'un pays brisé une nouvelle fois

Alors qu'ils avaient réussi à former un territoire autonome dans le nord-est syrien, les plans des Kurdes sont contrecarrés par la Turquie d'Erdogan et le retrait des Etats-Unis.

FRANCEINFO

En Turquie, Syrie, Irak, Iran vivent 40 millions de Kurdes, qui ont cru enfin pouvoir avoir un pays. La guerre en Syrie débute en 2011. L’armée de Bachar al-Assad va défendre les grandes villes du sud et de l’ouest de son pays et ça laisse un espace au nord, à la frontière turque, pour que le principal parti kurde gagne en influence. 

Un rêve touché du doigt

En 2014 arrive le groupe Etat islamique. Ce dernier s’attaque aux Kurdes qui vont se défendre et résister avec l’aide des forces armées américaines. La ville de Kobané a été reprise à la frontière turque et les victoires vont s’enchaîner pour les Kurdes, si bien qu’ils vont gagner en territoire et créer la Fédération démocratique du nord de la Syrie. Ils concrétisent la réalisation d’un rêve, celui d’un territoire autonome.

Mais la Turquie est mécontente, car son président lutte lui-même contre les Kurdes qui représentent 20% de la population dans son pays. Daech disparaît en Syrie. Les Etats-Unis retirent leurs troupes et les forces turques s’en prennent aux Kurdes en Syrie, les empêchant de réaliser ce rêve de territoire autonome et affaiblissant dans le même temps les Kurdes de Turquie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une femme kurde et son fils fuient le village de Ras al-Aïn, le 9 octobre 2019, alors que les premières frappes turques commencent.
Une femme kurde et son fils fuient le village de Ras al-Aïn, le 9 octobre 2019, alors que les premières frappes turques commencent. (DELIL SOULEIMAN / AFP)