Les Rafale du "Charles-de-Gaulle" ont largué leurs premières bombes contre l'Etat islamique

Le porte-avions, qui croise dans le golfe Persique, a été engagé par la France pour combattre les jihadistes, dans le nord de l'Irak.

Des Rafale se préparent à décoller du porte-avions français \"Charles-de-Gaulle\", mercredi 25 février 2015, dans le golfe Persique.
Des Rafale se préparent à décoller du porte-avions français "Charles-de-Gaulle", mercredi 25 février 2015, dans le golfe Persique. (PATRICK BAZ / AFP)

Les Rafale du Charles-de-Gaulle ont largué leurs premières bombes, mercredi 25 février, deux jours après le début de l'engagement du porte-avions dans les opérations de la coalition internationale contre le groupe Etat islamique en Irak, a constaté un photographe de l'AFP.

Les appareils ont décollé, mercredi matin, du navire, qui croise dans le nord du golfe Persique. Deux des quatre Rafale sont revenus sans aucune bombe ou avec seulement la moitié de leur emport initial. Ils étaient partis avec quatre bombes chacun, à guidage laser ou GPS.

Premier engagement militaire du porte-avions depuis 2011

Une première vague de chasseurs – quatre Rafale et quatre Super Etendard modernisés – était déjà rentrée à bon port, lundi, sans avoir largué de bombes, après cinq à six heures de mission.

Le navire est venu muscler le contingent des forces françaises dans la région. Depuis le 19 septembre, quelque 600 militaires français (essentiellement issus de l'armée de l'air et de la marine) sont déjà engagés dans le cadre de l'opération "Chammal" afin de soutenir les forces irakiennes qui luttent contre les jihadistes de l'EI.

Il s'agit du premier engagement militaire du Charles-de-Gaulle depuis 2011, année où il avait participé à l'opération "Harmattan" en Libye.