Cet article date de plus de six ans.

Les bombardements contre l'Etat islamique ont tué 1 000 jihadistes par mois, selon les Etats-Unis

L'armée américaine, qui dirige la coalition contre le groupe jihadiste, affirme que les raids aérien "ont un effet profond sur l'ennemi".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des jihadistes présumés du groupe Etat islamique apparaissent sur une photo diffusée sur Twitter, le 11 juin 2014. (ALBARAKA NEWS / AFP)

La campagne de bombardements de la coalition menée par les Etats-Unis contre le groupe Etat islamique a permis de tuer "plus de 1 000" combattants ennemis par mois, a indiqué vendredi 6 juin l'un des généraux américains dirigeant l'opération. Une annonce qui intervient alors que l'administration Obama est critiquée sur l'efficacité de la campagne de bombardements.

Les raids aériens "ont un effet profond sur l'ennemi" et "ont retiré du champ de bataille plus d'un millier de combattants ennemis par mois", a estimé le général John Hesterman, chef de la composante aérienne du commandement militaire au Moyen-Orient.

Dans 75% des missions, aucune bombe larguée

 

Le général a confirmé que dans environ 75% des missions, les avions revien

Des milices chiites et des forces irakiennes lors de combats contre des jihadistes du groupe Etat islamique, le 8 avril 2015 près de Tikrit, dans la province de Salaheddine (Irak). (HAYDAR HADI / ANADOLU AGENCY / AFP)
nent sans avoir largué de bombe. Mais "les comparaisons avec des conflits contre une armée régulière d'Etat nation ne s'appliquent pas", a estimé le général. "Prendre pour cible une armée régulière est relativement facile", mais il est beaucoup plus difficile de viser les combattants du groupe jihadiste Etat islamique qui depuis le début se sont "plongés dans la population civile", a expliqué le général. Les jihadistes ne se montrent pas à découvert en grands nombres, a-t-il ajouté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etat islamique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.