Le mouvement de Mokhtar Belmokhtar annonce son allégeance à l'Etat islamique

Al-Mourabitoune invite "tous les mouvements jihadistes à prêter allégeance" au chef de l'EI.

L\'Algérien Mokhtar Belmokhtar dans une vidéo diffusée par Sahara Media, le 21 janvier 2013.
L'Algérien Mokhtar Belmokhtar dans une vidéo diffusée par Sahara Media, le 21 janvier 2013. ( REUTERS)

Un responsable du mouvement armé jihadiste Al-Mourabitoune, de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, a annoncé l'allégeance de ce groupe à l'organisation Etat islamique (EI), dans un enregistrement audiodiffusé par l'agence mauritanienne privée Al-Akhbar. Le groupe islamiste Al-Mourabitoune avait revendiqué l'attentat-suicide contre une base des Nations unies au Mali , en mars dernier, qui avait fait trois morts.

"Le mouvement Al-Mourabitoune annonce son allégeance au calife des musulmans Abou Bakr al-Baghdadi, bannissant ainsi les divisions et les dissensions au sein de la Nation", affirme Adnan Abou Walid Sahraoui dans cet enregistrement écouté jeudi 14 mai par l'AFP. L'agence Al-Akhbar a assuré avoir authentifié la voix comme étant celle d'Adnan Abou Walid Sahraoui, ce qui n'a pu être immédiatement confirmé à l'AFP par d'autres sources.

"Une perte de vitesse du mouvement"

Dans sa déclaration, le responsable jihadiste invite "tous les mouvements jihadistes à prêter allégeance au chef de l'EI pour unifier la parole des musulmans et resserrer leurs rangs". 

Interrogé par l'AFP sur cette déclaration d'allégeance, l'expert mauritanien du jihadisme dans le Sahel, Isselmou Ould Salihi, a estimé qu'elle pouvait être liée à une certaine perte de vitesse et posait des questions "au sujet du mouvement (Al-Morabitoune) et de son chef Belawar", surnom de Belmokhtar.

"Dans tous les cas, la montée en puissance d'Adnan (Abou Walid Sahraoui), qui signe le communiqué en lieu de son chef attitré, et le changement de cap idéologique ainsi annoncé par le mouvement qui quitte Al-Qaïda pour l'EI est la première lecture que l'on peut faire d'une perte de vitesse évidente du mouvement", a affirmé Isselmou Ould Salihi.