Jihadistes français : des parlementaires accusent Paris de les avoir empêchés de rencontrer des détenus au Kurdistan

Dans une lettre qu'ils ont adressée à Emmanuel Macron, ces élus affirment qu'ils ont "été bloqués juste après" leur "passage de la frontière".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une femme et son enfants, dans le camp de réfugiés Roj, au nord-est de la Syrie, le 4 février 2021. (DELIL SOULEIMAN / AFP)

Quatre parlementaires français ont adressé jeudi 4 mars une lettre à Emmanuel Macron. De retour du Kurdistan syrien et irakien, les eurodéputés Sylvie Guillaume et Mounir Satouri, la députée des Hauts-de-Seine Frédérique Dumas et le député du Rhône Hubert Julien-Laferrière affirment qu'ils n'ont pas pu "visiter les camps de Roj 1 et de Roj 2 au Rojava du nord-est syrien où sont détenus un grand nombre de ressortissants français, notamment plus de 100 femmes et environ 200 enfants".

>> "200 enfants sont en train de mourir dans des camps" en Syrie : deux parlementaires réclament le rapatriement des enfants de jihadistes français

"Nous avons été empêchés d’atteindre notre destination et avons été bloqués juste après notre passage de la frontière, expliquent les parlementaires dans leur lettre. Les autorités kurdes ont argué de notre sécurité, mais ont fait également état du fait que l'importance des relations avec la France ne permettait pas de nous autoriser à continuer notre mission et – à mots couverts – de pressions émanant de la France, ce que nous ne mettons pas en doute."

Les parlementaires assurent que le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a promis, mercredi 3 mars, en sortie du conseil des ministres "une réponse du Quai d'Orsay dans la journée" à leurs questions. Cependant, "aucune réponse n'a été apportée à ce stade", affirment les parlementaires, qui demandent à Emmanuel Macron de les recevoir afin d'évoquer "les problématiques à la fois humanitaires du rapatriement des enfants mais aussi sécuritaires et judiciaires".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.