VIDEO. Jihadistes français en Syrie : "Si l'on veut un procès équitable, il faut que ces gens soient jugés en France"

Nadim Houry, chargé des questions liées à la lutte anti-terroriste pour l'ONG Human Rights Watch, est en visite d'observation dans le nord de la Syrie. Il décrit pour franceinfo les conditions de détention des jihadistes français.

ERIC AUDRA / JEROME JADOT / RADIO FRANCE

Quel avenir pour les jihadistes français détenus actuellement en Syrie ? La question fait débat en ce moment au sein de la classe politique française. Pour Nadim Houry, de l'ONG Human Rights Watch (HRW) interrogé par franceinfo, "dans la situation actuelle, pour respecter les droits de l’Homme et avoir un procès équitable, la solution la plus immédiate serait de juger les jihadistes français en France".

Ces procès peuvent marquer, comme l’a été celui de Nuremberg, une opportunité d’écrire l’Histoire d’une manière objective

Nadim Houry

à franceinfo

Nadim Houry a pu accéder à une prison tenue par les forces kurdes dans le nord de la Syrie, il y a six mois. Il a pu évaluer les conditions de détention à l'intérieur de l'établissement. "Aujourd’hui, il n’y a pas les ressources humaines et la capacité à mener des enquêtes approfondies pour juger les jihadistes français", estime ce membre de HRW chargé des questions liées à la lutte anti-terroriste. "Un procès en France devrait aussi prendre en compte les victimes syriennes de ces jihadistes pour leur permettre de participer en tant que parties civiles à ces procès."

>>> A LIRE AUSSI. VIDÉO. Pas d'avocat, pas d'appel, une audience dans un bureau... Comment la cour antiterroriste kurde juge les jihadistes

Pour Nadim Houry, ces procès "jouerait un rôle très pédagogique et pourrait être une conclusion à ces crimes horribles." L'avenir des jihadistes français est évident pour l'humanitaire : "Si l’on veut un procès équitable dans les conditions actuelles, il faut que ces gens soient jugés en France."

Nadim Houry, membre de l\'ONG Human Rights Watch.
Nadim Houry, membre de l'ONG Human Rights Watch. (RADIO FRANCE)