Cet article date de plus de cinq ans.

Irak : l'Etat islamique affirme avoir pris la ville stratégique de Ramadi

Le département américain de la Défense n'a pas confirmé la chute de la ville, mais a reconnu que les combattants de l'Etat islamique avaient pris l'avantage.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les forces de sécurité irakiennes fuient devant l'avancée de l'organisation Etat islamique, à Ramadi, en Irak, le 17 mai 2015. ( AP / SIPA )

L'organisation Etat islamique (EI) pourrait avoir remporté une importante bataille. Les combattants de l'Etat islamique ont affirmé, dimanche 17 mai, s'être emparés de l'intégralité de Ramadi, capitale de la province d'Anbar, située dans l'ouest de l'Irak, à 110 km de la capitale irakienne. Dans un communiqué, l'organisation islamiste dit avoir capturé des chars et avoir tué des dizaines "d'apostats", un terme qu'elle emploie pour désigner les membres des forces gouvernementales.

Toutefois, le département américain de la Défense n'a pas confirmé la chute de la ville, tout en reconnaissant que les combattants de l'Etat islamique avaient pris l'avantage. La coalition se tient prête à soutenir les forces gouvernementales afin de les aider à reprendre Ramadi, a déclaré une porte-parole du Pentagone.

Une voiture flambe après des combats à Ramadi, en Irak, le 16 mai 2015. (  REUTERS)

Pilonnage intense

Plus tôt dans la journée, l'armée irakienne a évacué une base militaire stratégique située près de Ramadi alors que les jihadistes sunnites donnaient l'assaut. Selon un officier, qui a souhaité rester anonyme, les combattants islamistes leur ont demandé par haut-parleur de déposer les armes, leur promettant qu'ils auraient la vie sauve.

Voici une vidéo repérée par un journaliste de France 24 montrant la fuite des troupes irakiennes.

Si elle se confirme, la chute de Ramadi constituerait la première prise d'une ville majeure par les jihadistes depuis que l'armée irakienne et les unités paramilitaires ont lancé une contre-offensive, l'an passé, avec l'appui de frappes aériennes de la coalition sous commandement américain. Les forces alliées ont mené sept opérations aériennes près de Ramadi sur une période de 24 heures s'achevant dimanche matin, soit le plus intense pilonnage sur une région depuis le début de la campagne en Syrie et en Irak.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.