Irak: 50 morts dans trois attentats à la voiture piégée

L'une de ses attaques, dans le sud du pays, a été revendiquée par le groupe Etat islamique.

Des voitures calcinées, après l\'attentat du 29 septembre 2015 à Bagdad (Irak).
Des voitures calcinées, après l'attentat du 29 septembre 2015 à Bagdad (Irak). (SABAH ARAR / AFP)

Nouvelle vague d'attentats en Irak. Au moins 50 personnes ont été tuées lundi 5 octobre dans trois attentats à la voiture piégée. L'une de ces voitures a explosé dans la région de Bassora, une attaque rare dans cette région du sud du pays. Contrairement aux deux autres attaques, elle a revendiquée par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Ce groupe extrémiste sunnite qui a pris le contrôle de larges pans du pays depuis l'année dernière, semblait avoir jusque-là peu d'accès à la région chiite du sud. "Au moins dix personnes ont été tuées à Zoubeïr (près de Bassora) et 24 blessées", a indiqué Jabbar al-Saadi, membre du Conseil provincial. L'attaque a eu lieu dans le marché "Souk al-Hallaquine".

717 Irakiens tués en septembre 2015

Au nord de Bagdad, une zone régulièrement visée par les attentats jihadistes, 35 personnes ont péri et 74 ont été blessées dans une attaque à la voiture piégée sur un marché de la localité de Khalès dans la province de Diyala, selon la police. Dans la localité de Hosseiniyah, à quelque 20 km au nord de la capitale irakienne, l'explosion d'une voiture piégée a tué cinq personnes et blessé 17, a indiqué un colonel de la police.

Selon des chiffres fournis jeudi par la mission de l'ONU en Irak, "717 Irakiens ont été tués et 1 216 blessés dans des actes de terrorisme et de violence en septembre 2015", dont 257 morts pour la seule province de Bagdad. Ces chiffres ne comptabilisent que les cas qui ont pu être vérifiés et sont donc probablement en deçà de la réalité, d'après l'ONU.