Cet article date de plus de deux ans.

INFO FRANCE INTER. Des jihadistes français impliqués dans les crimes contre les femmes yézidies en Irak

Selon un rapport de la Fédération internationale des droits de l'Homme, plusieurs jihadistes français sont impliqués dans des crimes contre l'humanité contre les femmes yézidies en Irak entre 2014 et 2017. 

Article rédigé par
Avec France Inter - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une femme yézidie dans un camp de réfugiés en Irak, en 2014.  (?YANN RENOULT/WOSTOK PRESS / MAXPPP)

La Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) démontre pour la première fois que des femmes yézidies ont été esclaves, et parfois violées, par des jihadistes français au Kurdistan irakien, entre 2014 et 2017. L'ONG publie jeudi 25 octobre un rapport que France Inter a pu consulter en avant-première intitulé Crimes sexuels contre la communauté Yézidie : le rôle des jihadistes étrangers de Daech.

Au moins cinq Yézidies victimes de jihadistes français

En août 2014, des femmes yézidies ont été prises en otage et utilisées comme esclaves sexuelles par le groupe État islamique lorsque l'organisation jihadiste a pris le contrôle de la région irakienne du Sinjar. Des enquêteurs de la FIDH ont interrogé l'année dernière des survivantes qui ont réussi à s'enfuir ou qui ont été revendues à leur famille. Cinq d'entre elles racontent avoir été victimes de jihadistes français, à l'image de Salma, 26 ans.

Cette dernière explique avoir été achetée par un Français pour aider aux tâches ménagères, avant d'être violée à plusieurs reprises : "Sa femme ne parlait pas un mot d'arabe, elle n'arrêtait pas de me demander ce que je faisais là, mais lui me disait de ne rien dire", témoigne-t-elle. "Elle voulait que je parte, alors il m'a emmené loin de son foyer, dans une autre maison. Là-bas, il m'a violé trois fois, après m'avoir menottée et bâillonnée."

"La justice française doit s'emparer du dossier"

Patrick Baudouin, l'avocat de la FIDH, invite la justice française à enquêter sur ces crimes. "Il faut que les autorités françaises et la justice française s'emparent de ce type de dossiers mettant en cause des jihadistes français pour aller sur le terrain des crimes de génocide et des crimes contre l'humanité", explique-t-il au micro de France Inter.

"Jusqu'à présent, ce sont des dossiers qui ont été traités exclusivement sous l'angle du terrorisme (…) Or si l'on reste sur le terrain terroriste, les voix des victimes ne sont pas entendues", souligne l'avocat. La FIDH espère qu'à terme, certaines des femmes interrogées dans le cadre de cette enquête puissent venir témoigner en France.

Jihadistes français & Yézidis : reportage de Sara Ghibaudo
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.