Cet article date de plus de cinq ans.

Huit Rafale ont décollé du porte-avions "Charles-de-Gaulle" pour bombarder l'Etat islamique en Irak

Le porte-avions Charles-de-Gaulle a été envoyé en Méditerranée pour participer à la campagne de reprise de la ville de Mossoul, contrôlée par les jihadistes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un Rafale décolle du porte-avions "Charle-de-Gaulle" situé en mer Méditerranée, le 29 septembre 2016. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Huit Rafale français ont décollé à 6h10 (heure de Paris) du porte-avions Charles-De-Gaulle à destination de l'Irak, a constaté vendredi 30 septembre une journaliste de France 2 présente à bord. Le fleuron de la Marine française a été envoyé il y a quelques jours en Méditerranée orientale pour participer à la campagne de reprise de la ville de Mossoul en Irak, actuellement contrôlée par les jihadistes de l'organisation Etat islamique.

Troisième mission contre l'Etat islamique

Aucune précision n'a été donnée sur la nature de leur mission, ces appareils pouvant opérer des frappes ou faire de la reconnaissance. C'est la troisième fois depuis février 2015 que le porte-avions est engagé dans la lutte contre le groupe Etat islamique. Avec le déploiement du Charles-de-Gaulle, la capacité de frappes françaises est multipliée par trois : douze Rafale sont déjà stationnés en Jordanie et aux Emirats arabes unis.

L'unique porte-avions français, qui embarque 24 Rafale, deux avions de guêt aérien Hawkeye, un avion de patrouille maritime Atlantique 2 et quatre hélicoptères, avait appareillé le 20 septembre de Toulon (Var). La mission du porte-avions est prévue "de fin septembre à fin octobre", selon une récente audition au Parlement du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Il s'agit de son dernier déploiement avant un arrêt technique majeur de 18 mois à partir du début 2017.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etat islamique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.