Cet article date de plus de quatre ans.

Jihadiste français arrêté en Syrie : "C'est la première fois qu'un cadre francophone de l'EI de ce niveau est arrêté vivant"

Le journaliste Pierre Puchot, auteur d'un livre sur le jihad en France, était l'invité de franceinfo jeudi pour commenter l'arrestation en Syrie de Thomas Barnouin, une figure du jihadisme français.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des combattants des forces syriennes libres inspectent un bunker du groupe Etat islamique à Raqqa, en Syrie, le 18 octobre 2017. (ERIK DE CASTRO / REUTERS)

Le nom de Thomas Barnouin est connu depuis une quinzaine d'années. Personnage important du jihadisme français, cet Albigeois d'origine a été arrêté en Syrie avec d'autres Français il y a quelques jours par des combattants kurdes. Ce trentenaire est l'un des piliers de la "filière d'Artigat", du nom d'un petit village de l'Ariège, filière dont ont fait partie les frères Merah et les frères Clain.

Pierre Puchot, journaliste et co-auteur avec Romain Caillet du livre Le combat vous a été prescrit, une histoire du jihad en France, paru le 25 octobre chez Stock, a rappelé sur franceinfo que Thomas Barnouin "est une vraie figure" de l'organisation Etat islamique et que "c'est pour ça que son arrestation est tout à fait symbolique".

franceinfo : Cette arrestation vous semble-t-elle importante ?

Pierre Puchot : C'est la première fois qu'un cadre francophone de l'Etat islamique de ce niveau est arrêté vivant. C'est quelqu'un qui a structuré tout l'aspect francophone de l'organisation depuis des années, c'est (...) le miroir d'une génération (...) qui a contribué à rendre l'Etat islamique attractif auprès de toute une jeunesse française. C'est quelqu'un d'absolument clé, qui est aussi un théologien qui maîtrise très bien tout le corpus hanbalite médiéval, c'est-à-dire de la quatrième école sunnite, absolument clé dans l'imaginaire salafiste-jihadiste. C'est quelqu'un qui a le côté théologique pour lui et qui a été au cœur de l'EI dès son arrivé en Syrie en 2014.

L'arrestation de Thomas Barnouin permettra-t-elle d'obtenir des informations utiles à la lutte contre Daech ?

Ça dépendra de son débriefing avec les Kurdes, et si on pourra ou non l'extrader, ça c'est une chose. Ce qui est réel en tout cas, c'est que c'est quelqu'un qui permettrait [d'apporter de réelles informations] par sa connaissance très fine des réseaux. C'était quelqu'un qui était vraiment consulté par une grande partie des jihadistes français sur le plan théologique là-bas, qui était aussi au cœur de la propagande, notamment au cœur de ce concept de la fin des temps qui a permis d'attirer tant de jihadistes français en Syrie et en Irak. (...) C'est une vraie figure, c'est pour ça que son arrestation est tout à fait symbolique (...). Il faut savoir qu'il était en disgrâce au sein de l'EI d'après ce qu'on sait, sans doute un désaccord théologique très important, et il avait lui-même vraisemblablement été emprisonné par l'EI, ce qui expliquerait son arrestation.

Est-ce possible dans son cas de se déradicaliser ?

La déradicalisation ne se fait pas sur commande. (...) Un entretien avec un psychologue ou des choses comme ça ne suffiront pas. C'est quelqu'un qui s'est radicalisé au fur et à mesure, qui a adopté une approche rigoriste de l'islam en 2000, qui est rentré en confrontation, d'abord dans un centre à Château-Chinon, contre les Frères musulmans qu'il avait intégrés un temps, qui ensuite a fait ses armes au fur et à mesure et s'est testé théologiquement contre différentes idéologies. Donc, c'est quelqu'un qui a mis du temps à adopter le dogme salafiste-jihadiste, qui est allé faire ses études en Arabie saoudite puis en Egypte. C'est quelqu'un qui comme beaucoup de jihadistes aujourd'hui en France a mûri cette conviction. Ce n'est pas en quelques entretiens qu'il va s'en départir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etat islamique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.