Enfants retenus au Kurdistan syrien : trois avocats déposent plainte à l'ONU contre l'État français

La plainte a été déposée par Marie Dosé, Martin Pradel et William Bourdon devant le Comité des droits de l'enfant de l'ONU, révèle France Inter. 

La camp de Roj, dans le nord-est de la Syrie. 
La camp de Roj, dans le nord-est de la Syrie.  (ERIC AUDRA / DPA)

Trois avocats français ont déposé plainte mercredi 27 février devant le Comité des droits de l'enfant de l'ONU, explique France Inter jeudi. Des plaintes déposées par maîtres Marie Dosé, Martin Pradel et William Bourdon, au nom de plusieurs dizaines de grands-parents, d'oncles et de tantes de ces enfants français restés en Syrie.

Ces enfants "n'ont pas demandé à partir là-bas"

Cette plainte internationale, déposée auprès de l'ONU, s'appuie sur le fait que la France est signataire d'une convention internationale des droits de l'enfant, la Convention de New York. "L'État français doit respecter ses engagements, estime Marie Dosé. Je suis outrée de voir qu'Emmanuel Macron, aux côtés du président irakien, donne priorité à la livraison de treize djihadistes à la justice irakienne, mais n'a pas un seul mot pour évoquer le sort de ces enfants." Les avocats dans leur plainte mettent en avant plusieurs articles de cette convention.

"Les enfants sont en train de mourir, de soif, de faim, ils sont malades, s'indigne Marie Dosé, avocate parisienne. Des enfants qui n'ont pas demandé à partir là-bas, des enfants orphelins, pour certains."

Selon l'ONG Save the Children, plus de 2 500 enfants de 30 nationalités ont été capturés avec leurs familles au fil de la déroute de l'organisation État islamique et placés dans trois camps du nord-est de la Syrie. Les trois avocats, auteurs de cette plainte, espèrent un rapatriement rapide des enfants français présents en Syrie.